Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dans la Drôme, le "bio" menacé par les épandages massifs de pesticides

vendredi 22 juillet 2016 à 5:57 Par David Meilhac, France Bleu Drôme Ardèche

Un agriculteur "bio" de Montélier dans la Drôme se bat pour faire respecter la loi. En avril dernier, un épandage mal maitrisé d'herbicide lui a coûté une grande partie de sa production, ainsi que son label. Préjudice : 20.000 euros, pour un problème récurrent.

Sébastien Blache a perdu son label bio, et une grande partie de la production de son verger à Montélier.
Sébastien Blache a perdu son label bio, et une grande partie de la production de son verger à Montélier. © Radio France - David Meilhac

Selon la Confédération Paysanne, tous les agriculteurs de la Vallée du Rhône ont un jour eu droit à un de ces épandages qui dérape. Mais lorsqu'on est en agriculture biologique comme Sébastien Blache, le problème prend des proportions bien plus importantes.

Un vent trop violent

Le 29 avril dernier, son voisin épand un herbicide particulièrement violent sur son champ de tournesol, juste après avoir semé. Le vent est trop violent ce jour-là (il ne doit pas excéder 19 km/h selon la législation), et le verger d'à côté est couvert presque intégralement. Perdus, les fruits rouges, pêches, et légumes. 3000 m² qui perdent aussitôt leur label "bio", et dont la production devient invendable. Préjudice : 20.000 euros.

Les deux parcelles de Montélier, l'une en bio à droite, l'autre pas, ne sont séparées que par une petite route. - Radio France
Les deux parcelles de Montélier, l'une en bio à droite, l'autre pas, ne sont séparées que par une petite route. © Radio France - David Meilhac

Sébastien Blache ne souhaite pas que les assurances soient la seule réponse à ces épandages abusifs. Il a rendez-vous le vendredi 22 juillet avec la Chambre d'Agriculture de la Drôme pour tenter de voir comment l'Etat peut faire respecter la loi. L'agriculteur de Montélier sera soutenu par la Confédération Paysanne, qui estime que ces problèmes sont bien trop récurrents.

L'épandage d'herbicide s'est fait sous un vent trop fort.