Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un hiver sans pluie : la Côte-d'Or risque une nouvelle sécheresse cet été

-
Par , France Bleu Bourgogne

Onze départements ont déjà pris des mesures de restrictions d’eau en raison de la sécheresse, selon le comité de suivi sécheresse qui a eu lieu ce mardi. En Côte-d'Or, ce n'est pas encore le cas, mais la situation des nappes phréatiques n'est pas satisfaisante pour cette période printanière.

Le niveau des cours d'eau est bien bas pour un mois de mai, exemple à côté de Créancey
Le niveau des cours d'eau est bien bas pour un mois de mai, exemple à côté de Créancey © Radio France - Sophie Allemand

Côte-d'Or, France

Il a à peine plu l'automne et l'hiver dernier en Côte-d'Or, les dernières pluies aident certes, mais en surface. En Bourgogne, le niveau des nappes phréatiques atteint à peine celui des moyennes de saison, a averti mardi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), alors que la période de recharge des nappes à la fin de l'hiver touche à sa fin. Pour l'instant la Côte-d'Or n'est pas en alerte, mais certains agriculteurs anticipent et s'inquiètent.

Les pluies ces dernières semaines : "un moment de répit" pour la nature

Un mois et demi avant l'été, les pluies des dernières semaines ont permis au niveau des cours d'eau et des barrages de remonter, de quoi nous donner un peu de répit en surface. Ce n'est pas encore catastrophique mais nos sols restent bien pauvres, "il faudrait énormément de pluies régulières d'ici au mois de juin pour éviter de retomber dans une situation de sécheresse", selon François Lequeu, prévisionniste au centre Météo France de Dijon.  

Reportage avec Antoine Berthoux, un agriculteur inquiet face au manque d'eau

"On a un moment de répit, ça nous donne un peu plus de baume au cœur car on voit la végétation qui reprend un peu, mais c'est difficile d'anticiper les dégâts. On attend," explique Antoine Berthoux, agriculteur biologique en polyculture.

Le niveau des cours d'eau en hausse, mais pas assez 

"Normalement l'hiver l'eau passe au dessus de pont et devrait être à 20 centimètres plus haut," explique l'agriculteur en pointant du doigt le niveau de l'eau de la rivière qui passe dans sa ferme. C'est ce qui l'inquiète le plus. Cette source d'eau est un repère pour lui.

"Normalement en mai, l'eau devrait arriver à cette hauteur" explique Antoine Berthoux, agriculteur - Radio France
"Normalement en mai, l'eau devrait arriver à cette hauteur" explique Antoine Berthoux, agriculteur © Radio France - Sophie Allemand

L'an dernier, la sécheresse avait entraîné une perte de 30 % sur le rendement habituel d'Antoine. Il craint le même phénomène cet été et annonce déjà que le niveau des nappes phréatiques ne sera pas suffisant pour finir l'été. Les viticulteurs contactés eux sont plus sereins, car la vigne supporte mieux le sec que l'humidité, c'est surtout le gel qui les inquiète.

La France a connu en 2018 une sécheresse sévère et 11 départements font état à la mi-mai de mesures de restriction d'eau.         

L'Indre est en alerte rouge. Les Pyrénées-Orientales et la Vienne sont en alerte orange. Le Nord, la Charente-Maritime, la Charente, les Deux-Sèvres, la Creuse, le Rhône, l'Ain, et l'Isère sont en alerte simple. Selon le ministère, la France est cette année à 17% de déficit de pluviométrie par rapport à une année normale.