Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un mois après le passage de l'ouragan Irma, Saint-Martin a besoin de 3,5 milliards d’euros

samedi 7 octobre 2017 à 10:23 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu

Le président de la collectivité de Saint-Martin, Daniel Gibbs, évalue à 3,5 milliards d'euros le coût des dégâts provoqués par l'ouragan Irma, qui a dévasté l'île des Antilles il y a un mois.

Déblaiement des décombres dans le quartier de Sandy Ground à Marigot, une semaine après le passage d'Irma
Déblaiement des décombres dans le quartier de Sandy Ground à Marigot, une semaine après le passage d'Irma © Maxppp -

3,5 milliards d'euros, c'est une somme presque trois fois supérieure aux premières estimations de la Caisse centrale de réassurance, qui avait avancé le coût d'1,2 milliards d'euros au début du mois de septembre.

Cette évaluation de Daniel Gibbs, président de la collectivité de Saint-Martin, prend en compte tous les dommages qui ont touché l'île de Saint-Martin, notamment les dégâts sur des biens qui ne bénéficient pas de la garantie catastrophe naturelle, des véhicules assurés au tiers, des bateaux ou encore des marchandises transportées.

Car pour Daniel Gibbs, qui s'est confié à nos confrères de France Inter, les compensations doivent prendre en compte l’ensemble des destructions et pas seulement les biens assurés. À Saint-Martin, 50% à 60% des biens ne sont pas couverts par une police d’assurance, contre seulement 2% en métropole.

Daniel Gibbs demande à Emmanuel Macron de respecter ses engagements pris quelques jours après le passage d’Irma : sortir du droit commun et bousculer les procédures. Une réunion interministérielle est prévue en milieu de semaine prochaine.