Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un plan particulier d'intervention devra être établi pour le dépôt d'hydrocarbures de l'Espiguette

mardi 9 octobre 2018 à 15:21 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

C'est la décision rendue par le tribunal administratif de Nîmes après la requête déposée par l'association CAPE (Comité d'alerte pour l'Espiguette). Ses adhérents estimaient que les riverains n'étaient pas suffisamment informés des risques que représente ce dépôt d'hydrocarbures.

La plage de l'Espiguette
La plage de l'Espiguette © Maxppp -

Le Grau-du-Roi, France

C'est une demie victoire pour l'association CAPE (Comité d'alerte pour l'Espiguette). Le tribunal administratif de Nîmes a estimé que le préfet du Gard ne pouvait pas déroger à l'obligation d'établissement d'un plan particulier d'intervention pour le dépôt d'hydrocarbures  installé au bout de la plage de l'Espiguette, au Grau-du-Roi : "Il ressort de l'étude de dangers réalisée en 2013 par l'institut national de l’environnement industriel et des risques que des dangers graves dépassaient, certes de manière faible, les limites de l'emprise du site".

Le dépôt d'hydrocarbures de l'Espiguette a été créé dans les années 60 pour l'OTAN : six cuves semi-enterrées de 66.000 mètres cubes d'hydrocarbures. Le site est toujours exploité. Mais depuis, la fréquentation de la plage a considérablement augmenté. Les baigneurs se trouvent à moins de 500 mètres de ces cuves. 

L'association avait également déposé une recours pour que ce dépôt ne soit plus autorisé à être exploité. Il a été rejeté. Le tribunal administratif a estimé que l'enquête publique n'était entachée d'aucune irrégularité de nature à vicier la procédure et que le public avait été suffisamment informé des dangers encourus.