Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Un printemps maussade en Occitanie

-
Par , France Bleu Occitanie

Météo France a remarqué un printemps particulièrement triste cette année en Occitanie, surtout en mai.

Les arbres ont souffert de gelées jusqu'en mai
Les arbres ont souffert de gelées jusqu'en mai © Maxppp - Julio PELAEZ

Occitanie, France

De la pluie et du froid en Occitanie, c'est le bilan d'un printemps maussade. De fin mars à juin, l'ancienne région Midi-Pyrénées a alterné entre peu de jours de beau temps et beaucoup d'intempéries.

Un "printemps à reculons"

À un tel point que le mois de mars a été bien meilleur que celui de mai. Patrick Gallois, prévisionniste à Météo France appelle ça un printemps à reculons : "C'est le déroulé du printemps qui est un peu bizarre. Avec un mois de mars chaud, bien ensoleillé et assez sec. Au fur à mesure qu'on a progressé dans le printemps, les températures n'ont pas beaucoup augmenté. On a eu un mois d'avril dans les normales, mais un mois de mai déficitaire en température avec pas plus de soleil qu'en mars. Et les mois d'avril et de mai ont été plus pluvieux que celui de mars."

-0.8° à Auch le 6 mai

Les gelées tardives ont surtout touché l'Ariège et le Gers. À Auch, Météo France a calculé des températures jamais observées, le 6 mai : -0.8 degré. "Le dernier record datait de 1987 avec 0.5", détaille le prévisionniste.

À Toulouse, il a fait plus chaud mais il a fallu attendre le 10 mai pour dépasser les 25 degrés. Alors que fin février, le mercure avait déjà atteint la barre des 24 degrés. D'après les calculs de Météo France, il a fait à peine plus chaud en mai qu'en mars, avec seulement 3 degrés de plus en moyenne.

Mais la ville la plus pénalisée par ce printemps maussade est Saint-Girons (Ariège) : des gelées en mai mais surtout un record de pluviométrie : il a plu deux fois plus qu'à la normale.

Dans les Pyrénées même constat : avec le froid persistant et l'accumulation de la pluie, la neige est restée bien présente aux sommets jusqu'à la fin du mois de mai. 

Mais attention à ne pas faire de raccourcis trop vite prévient Météo France. Le printemps est connu pour être très aléatoire. Il n'y a donc pas de lien direct avec le réchauffement climatique