Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Un producteur de sapins en Savoie : "Malgré la sécheresse, on aura un beau sapin ce Noël, mais plus cher en 2019"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu, France Bleu Isère

Victimes de la sécheresse, les producteurs de sapins qui ont planté cette année ont souffert. En Chartreuse, Jean-Luc Rat-Patron s'en sort bien.

Jean-Luc Rat-Patron
Jean-Luc Rat-Patron © Radio France - Christophe Van Veen

Saint-Thibaud-de-Couz, France

Ça sent le sapin ! Dans les prochaines semaines, on va voir "fleurir" le célèbre ornement enguirlandé de Noël dans les maisonnées. Mais c'est peut de dire que le sapin lui-aussi a souffert cet été. 

La qualité est là en Chartreuse

Remercions le fameux micro-climat de la Chartreuse, à cheval entre la Savoie et l'Isère. Le soleil est un luxe, le temps sec aussi. En clair, il a beaucoup plu au printemps, jusqu'en juin, et Jean-Luc Rat-Patron s'en félicite. Celui qui produit des sapins de Noël depuis 1990 a pu offrir de bonnes conditions au moment de la pousse. "On n'a pas trop d'inquiétudes même si on a eu quatre mois sans pluie cet été. On aura un sapin de qualité pour 2018."

Jean-Luc, basé à Saint Thibaud de Couz, produit 35.000 sapins (dont 75 % de Norman). "Il ne faut pas oublier que le Norman est d'origine caucasienne, un climat sec. c'est plus délicat pour l'épicéa, mais nous le taillons plus tard mi-novembre, il aura profité de la dégradation climatique". Il positive, lui, l'un des membres fondateurs de l'Association nationale des producteurs de sapin naturel - qui regroupe 150 producteurs, soit la moitié des Français.   

Jean-Luc va couper ce week-end du 3 novembre les premiers sapins pour les communes, avant de fournir les jardineries. Et la météo le réjouit : froid et précipitations en novembre, cocktail idéal. 

Pénurie dans cinq ans en Europe

Le passionné de sapins a peu planté en 2018. "Partout en Europe, il y a eu énormément de pertes chez ceux qui ont planté cette année. La sécheresse de cet été 2018 a fait des ravages. Il faut s'attendre à une pénurie sur le marché dans cinq ans. Les cours vont remonter. Dès l'an prochain, pour le Noël 2019, à cause des coûts de transports et de main d'oeuvre, le sapin sera plus cher. On préfère prévenir nos clients." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu