Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un producteur de sapins en Savoie : "Malgré la sécheresse, on aura un beau sapin ce Noël, mais plus cher en 2019"

dimanche 4 novembre 2018 à 7:01 - Mis à jour le dimanche 4 novembre 2018 à 10:47 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu et France Bleu Isère

Victimes de la sécheresse, les producteurs de sapins qui ont planté cette année ont souffert. En Chartreuse, Jean-Luc Rat-Patron s'en sort bien.

Jean-Luc Rat-Patron
Jean-Luc Rat-Patron © Radio France - Christophe Van Veen

Saint-Thibaud-de-Couz, France

Ça sent le sapin ! Dans les prochaines semaines, on va voir "fleurir" le célèbre ornement enguirlandé de Noël dans les maisonnées. Mais c'est peut de dire que le sapin lui-aussi a souffert cet été. 

La qualité est là en Chartreuse

Remercions le fameux micro-climat de la Chartreuse, à cheval entre la Savoie et l'Isère. Le soleil est un luxe, le temps sec aussi. En clair, il a beaucoup plu au printemps, jusqu'en juin, et Jean-Luc Rat-Patron s'en félicite. Celui qui produit des sapins de Noël depuis 1990 a pu offrir de bonnes conditions au moment de la pousse. "On n'a pas trop d'inquiétudes même si on a eu quatre mois sans pluie cet été. On aura un sapin de qualité pour 2018."

Jean-Luc, basé à Saint Thibaud de Couz, produit 35.000 sapins (dont 75 % de Norman). "Il ne faut pas oublier que le Norman est d'origine caucasienne, un climat sec. c'est plus délicat pour l'épicéa, mais nous le taillons plus tard mi-novembre, il aura profité de la dégradation climatique". Il positive, lui, l'un des membres fondateurs de l'Association nationale des producteurs de sapin naturel - qui regroupe 150 producteurs, soit la moitié des Français.   

Jean-Luc va couper ce week-end du 3 novembre les premiers sapins pour les communes, avant de fournir les jardineries. Et la météo le réjouit : froid et précipitations en novembre, cocktail idéal. 

Pénurie dans cinq ans en Europe

Le passionné de sapins a peu planté en 2018. "Partout en Europe, il y a eu énormément de pertes chez ceux qui ont planté cette année. La sécheresse de cet été 2018 a fait des ravages. Il faut s'attendre à une pénurie sur le marché dans cinq ans. Les cours vont remonter. Dès l'an prochain, pour le Noël 2019, à cause des coûts de transports et de main d'oeuvre, le sapin sera plus cher. On préfère prévenir nos clients."