Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Haute-Garonne : Fabien Barthez part en guerre contre une station d'épuration

mercredi 23 novembre 2016 à 3:00 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie et France Bleu

Portet-sur-Garonne envisage de construire une nouvelle station de traitement des eaux usées. Mais la commune, connue pour sa zone commerciale, compte l'installer sur un site préservé où vivent 80 familles récalcitrantes, dont celle de l'ancien footballeur Fabien Barthez.

Fabien Barthez, Ariégeois d'origine, réside avec sa famille sur la rive droite de Portet-sur-Garonne.
Fabien Barthez, Ariégeois d'origine, réside avec sa famille sur la rive droite de Portet-sur-Garonne. © Maxppp - Maxppp

Portet-sur-Garonne, France

La construction d’une station d’épuration est envisagée au sud de Toulouse, à cheval entre Portet (pour les trois-quarts du site) et Lacroix-Falgarde. Les terrains (sept hectares) sont réservés, une consultation devrait être prochainement lancée pour établir un cahier des charges et désigner les constructeurs. Une pétition a été lancée sur Internet pour s’opposer à ce projet début novembre, elle a recueilli 8.700 signatures. Les signataires dénoncent la proximité du site en bordure d'une réserve protégée classée Natura 2000 (réserve naturelle du confluent Ariège Garonne) et des sites protégés historiques des châteaux de Creuse et de Lacroix Falgarde.

C'est un cancer qu'on veut implanter dans un poumon vert ! Avec nos 80 familles, nous ne représentons rien électoralement pour M. le Maire, il s'en fiche ! — Michel Mathiot, trésorier de l'association d'opposants

À y observer de plus près, voici surtout la bataille entre la rive gauche industrielle et commerciale de Portet, la fameuse zone Carrefour très fréquentée des Toulousains où vit une population modeste; et, moins connue, la rive droite verte et naturelle avec quelques dizaines de foyers privilégiés... dont un certain Fabien Barthez, sa maison serait à 500 mètres de la future station.

REPORTAGE EN UN CLIC, Bénédicte Dupont (1'14'')

"C'est donc forcément aux pauvres de traiter la merde des riches ?"

La pétition a recueilli en trois semaines près de 8.700 signatures. - Aucun(e)
La pétition a recueilli en trois semaines près de 8.700 signatures. - Mesopinions.fr

Pour des questions politiques et d'argent, on se retrouve avec cette "pompe à merde" dans un endroit magnifique. La nature est bafouée. Tout ça n'a rien à voir avec la défense des "beaux quartiers". — Fabien Barthez

Fabien Barthez accuse les politiques d'abandonner la nature.

Portet compte déjà deux stations d'épuration, toutes deux sur la rive gauche. Mais elles ne peuvent plus être agrandies. Juste avant les élections de 2014, plusieurs sites ont été proposés, tous ou presque inondables. C'est le site de la rive droite, au bas des coteaux, qui a été sélectionné car c'est celui qui a "le moins d'impact économique et écologique" selon le maire. Un site qui n'est ni inondable ni à l'intérieur de la fameuse zone protégée Natura 2000, précise t-il.

La rive gauche de Portet assume toutes les nuisances. Cette opposition de la rive droite est la manifestation d'intérêts particuliers contre l'intérêt général. Certains voudraient avoir le bénéfice d'un environnement magnifique grâce à l'effort de tous, mais sans avoir aucune contrainte — Thierry Suaud, maire (PS) de Portet

La réponse de Thierry Suaud, le maire de Portet

Le Sivom (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) de la Saudrune a prévu que cette station d'une capacité de 25.000 équivalent habitants soit livrée fin 2019, mais c'est sans compter les très probables recours qui retarderont le futur chantier.