Climat – Environnement

Un projet éolien tout près d'un château cathare

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon mardi 20 septembre 2016 à 15:57

Des éoliennes (illustration)
Des éoliennes (illustration) © Maxppp - Liu Jiao

Six éoliennes pourraient s'ériger à Lapradelles-Puilaurens, à la limite de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. À cet endroit, la nature est très protégée et le cahier des charges est strict. Le projet est soumis en ce moment à enquête publique.

Un projet de six éoliennes sur la commune de Lapradelle-Puilaurens dans l'Aude est actuellement à l'étude. Une initiative privée qui est minutieusement examinée. Nous sommes en plein cœur du parc naturel régional Corbières-Fenouillèdes.

Ce projet est soumis à une enquête publique en ce moment, sur la commune de Lapradelle, et chez sa voisine Saint-Louis-de-Parahou. Les habitants ont un mois pour consulter le dossier dans les deux mairies et apposer leur avis.

Le maire de Lapradelle Jacques Galy n'est ni pour ni contre, du moment que ça ne défigure pas le paysage : "Dès qu'on parle éolien ou photovoltaïque, tout le monde les veut à côté mais pas chez soi ! Ici, la forêt des Fanges, est une ancienne forêt royale. C'est de là d'où sortaient les mâts de la flotte de Colbert. Évidemment, si on ne voyait plus le château [de Puilaurens], c'est un dossier que j'aurais abandonné de suite."

Le village de Lapradelle est protégé par un château cathare, candidat à l'Unesco et entouré de la forêt des Fanges au sein du parc naturel régional Corbières-Fenouillèdes. Alors on ne peut pas y faire ce que l'on veut.

Le président du syndicat qui gère le parc, Hervé Baro, va rester très vigilant : "On est dans un zone à haute sensibilité environnementale et paysagère. Il faudra obéir à un certain nombre de règles, sinon, le parc ne verra pas le jour."

Jacques Galy, la maire de Lapradelles-Puilaurens

Si le cahier des charges très strict est respecté, il n"y a pas de raison qu'on installe pas des éoliennes ici. Un petit plus pour l'économie mise à mal dans la région, estime Jacques Galy, le maire de Lapradelle :

"Ces éoliennes seraient pour nous une bouffée d'air."

Ce projet est loin de remporter l'unanimité. Pour Pierre Armagnac, secrétaire d'une association de défense de l'environnement à Caudiès-de-Fenouillèdes :

"Les éoliennes, il faut les planter dans l'eau, au large de la Méditerranée !"

Si les éoliennes balaient toutes les contraintes, elles tourneront dans deux ans.