Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un site internet pour signaler la présence de frelons asiatiques dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Il existe désormais un site internet de signalement des frelons asiatiques dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Alors que son nombre explose dans la Drôme et l'Ardèche, vous pouvez désormais signaler la présence de frelons ou d'un nid sur frelonsasiatiques.fr.

Le frelon asiatique a comme particularité d'avoir des pattes jaunes
Le frelon asiatique a comme particularité d'avoir des pattes jaunes © Maxppp - Christian Watier

Auvergne-Rhône-Alpes, France

Pour mieux organiser la lutte contre le frelon asiatique, un site internet pour signaler sa présence ou celle d'un nid dans la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de voir le jour. Désormais vous pouvez signaler la présence de l'insecte sur frelonsasiatiques.fr. Le site permet de centraliser les données. C'est d'ailleurs la seule région de France a avoir mis en place cet outil.

Éviter les erreurs de signalement

Ce nouveau site internet va être un véritable gain de temps. Avec plus de 800 nids découverts en Ardèche et 400 dans la Drôme l'année dernière, les signalements se sont multipliés, Ericca Demess, est vétérinaire pour la section apicole de la Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire : "On s'est retrouvé humainement dépassé. Par exemple, un salarié de la Drôme avait 25 appels par jour sachant que deux tiers des signalement ne concernaient pas finalement des frelons asiatiques mais d'autres insectes comme du frelon européen ou des guêpes." Grâce au site internet, lorsque vous signaler la présence d'un frelon vous devez envoyez une photo pour éviter des erreurs de signalement notamment entre le frelon asiatique et européen : "Le frelon asiatique par rapport au frelon européen est beaucoup plus foncé avec l'abdomen noir avec une large bande orangée alors que le frelon européen est beaucoup plus jaune. Le frelon asiatique est plus petit et on a aussi cette caractéristique particulière on l'appelle le frelon à pattes jaunes parce que le frelon asiatique a l’extrémité des pattes  jaune."

En plus de la photo, il y a un formulaire à remplir pour déterminer l'intervention la plus adéquate, Michel Carton est président de la section apicole GDS Rhone Alpes : "_Vous indiquez votre position géographique, si c'est sur un arbre ou sur une maison_, si le secteur est accessible, si ça représente un danger pour la population, s'il y a des écoles. Cela permet d'avoir quelque chose de très précis sur l'emplacement du nid ou de l'insecte et permet donc au désinsectiseur d'avoir l'efficacité la meilleure possible." Une fois votre signalement fait vous êtes ensuite informé sur la destruction du nid. 

Une cartographie établie grâce aux signalements

Le site internet permet aussi de réaliser des cartographies, Ericca Demess, est vétérinaire pour la section apicole de la Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire : "Le but est d'avoir des données fiables, une espèce de photographie de l'infestation du territoire Auvergne Rhône Alpes par le frelon asiatique. La cartographie nous sert à repérer l'évolution de l'infestation du frelon asiatique. On peut établir des statistiques pour savoir combien on a eu de communes touchées par département, quelles sont ses localisations préférentielles. Quand on cherche des financements ce sont des supports parlants quand on a des nuées de points sur un département on se rend mieux compte qu'il faut vraiment lutter contre ce parasite."