Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Trois-cents communes du bassin versant du Loing regroupées pour lutter contre les inondations

jeudi 3 janvier 2019 à 16:58 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans et France Bleu Auxerre

Dans le Loiret, l'Yonne et la Seine-et-Marne, il y avait jusque là six syndicats, s'occupant chacun d'une partie du bassin versant du Loing. Depuis le 31 décembre, ils sont réunis dans une structure unique : l'Établissement public d'aménagement et de gestion de l'eau.

L'inondation de juin 2016 avait causé d'importants dégâts dans le Montargois.
L'inondation de juin 2016 avait causé d'importants dégâts dans le Montargois. © Radio France - André Costargent

Montargis, France

C'est l'une des conséquences des inondations de juin 2016 dans le Loiret, et notamment dans le Montargois. Un établissement public d'aménagement et de gestion de l'eau (EPAGE) a été créé ce 31 décembre 2018 pour regrouper les six syndicats mixtes qui cohabitaient jusque là. Chacun gérait alors une partie différente du bassin versant du Loing, sur les départements du Loiret, de l'Yonne et de la Seine-et-Marne. Mais cette diversité d'acteurs rendait la prise de décision et la coordination difficile.

Au lendemain des inondations, le Syndicat mixte de la Vallée du Loing (le Sivlo), basé à Montargis, propose donc ce regroupement. Un rapport remis à Manuel Valls, alors Premier ministre va d'ailleurs dans ce sens. Certaines communes montrent à l'époque quelques réticences, comme Nemours ou Souppes-sur-Loing (77).  Mais après deux ans de dialogue et de travail, cette nouvelle structure est à présent en place.

"On évitera jamais tout, mais on peut essayer de réguler"

C'est donc une page qui se tourne. Aujourd'hui, plus de 300 communes sont regroupées dans cet EPAGE. Si le principal objectif est de permettre une meilleure coordination entre les différents secteurs, cette structure devrait aussi permettre d'obtenir des financements pour réaliser d'éventuels travaux de grande ampleur. 

Le maire de Montargis, Benoit Digeon a présidé pendant une vingtaine d'années le Sivlo, l'un des syndicats qui compose l'EPAGE : "La première mission, à laquelle on s’attelle déjà depuis quelques mois, c'est de rédiger un Programme d'Actions de Prévention des Inondations, un PAPI. On commence à voir les travaux prioritaires que l'on peut lancer. Ce programme, c'est le passage obligé pour obtenir des crédits d'Etat qui s’appelle le fonds Barnier. Ce sont eux qui financent les opérations anti-inondation." Il poursuit : "On évitera jamais tout, le risque zéro n'existe pas, mais on peut essayer de réguler.'"

Une augmentation d'un euro par an et par habitant

Pour les habitants du bassin versant du Loing, ce changement devrait être quasiment transparent. Principale différence : chacun sera amené à payer trois euros par an, soit un euros de plus qu'auparavant. Selon Benoit Digeon : "Pour le même prix on aura une meilleure efficacité. Jusque là les syndicats étaient très bien gérés, ce sera pareil pour l'EPAGE."

Les activités de l'Epage débuteront réellement après le 11 janvier. Date à laquelle un bureau sera élu. Il sera composé d'un président et de huit vice-présidents.

Réécoutez les explications de France Bleu Orléans