Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un temps d'hiver catastrophique pour les maraîchers de Vaucluse

mardi 29 décembre 2015 à 10:46 Par Aurélie Lagain et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Il y a engorgement sur les étals, avec le début d'hiver clément dans toute la France. Les légumes poussent vite, ils ne trouvent pas preneur ou alors à bas prix.

Culture de salades
Culture de salades © Maxppp

Loriol-du-Comtat, France

Les maraîchers de Vaucluse sont confrontés à deux problèmes en ce début d'hiver si doux :

  • les légumes d'hiver sont en avance et les salades poussent trop.
  • les consommateurs n'ont pas assez froid pour remplir leurs paniers d'épinards et de poireaux.

"Les fraises ne dorment pas"

"Avec le temps excessivement doux, ils poussent vite, il y a surproduction de légumes dans toute la France. On est inquiet pour la suite, les fraises ne dorment pas, les arbres poussent..." constate Gérard Roche, vice-président de Légumes de France et producteurs à Loriol-du-Comtat".

Reportage de Jean-Michel Le Ray

Les maraîchers craignent de devoir rapidement détruire une partie de leur production, et redoutent des problèmes économiques.

"Cette année, les maraîchers vont commencer à détruire".

"Il y a un télescopage des productions, les salades de début février seraient actuellement récoltables. Il y a un déséquilibre entre l'offre et la demande, les acheteurs sont assez sévères sur les prix", précise Jean-François Cartoux, maraîcher en ceinture verte d'Avignon. 

"Cette année, des maraîchers vont commencer à détruire (...) les prix sont extrêmement bas, c'est 10-12 centimes d'euros, il n'y a pas la place pour le vendre (...) Les gens ne consomment pas trop de légumes frais", complète Gérard Roche.

Gérard Roche, vice-président de Légumes de France