Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Un Tourangeau va monter la tour Eiffel avec 15 kilos de déchets

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Davy Cosson porte sur lui depuis début mai l'intégralité des déchets qu'il produit. Aujourd'hui, il a 15 kilos de déchets dans sa combinaison, et il va grimper avec en haut de la tour Eiffel. Une présence encombrante qui illustre l'importance du problème du gaspillage alimentaire.

Davy Cosson, à droite, avec Baptiste Dubanchet, qui lui vise le zéro déchet sur un mois.
Davy Cosson, à droite, avec Baptiste Dubanchet, qui lui vise le zéro déchet sur un mois. - DR

Tours, France

Au début du mois, Davy Cosson se lance un défi : vivre un mois avec tous les déchets qu'il produit. A la fin de l'expérience, c'est avec 15 kilos de déchets dans sa combinaison qu'il vit. C'est moins que la moyenne française, environ 30 kilos mais déjà évocateur du problème du gaspillage alimentaire. Sa combinaison, cousue à un bleu de travail s'est vite remplie d'emballages plastiques, de barquettes et de carton (qui remplace la nourriture jetée, pour des raisons d'hygiène). 

Je ne peux même plus plier les bras à cause de mes déchets !" Davy Cosson

Sa combinaison, il la garde cinq heures par jour, en général dans les lieux publics, pour parler de son action. Difficile de la garder plus longtemps, puisqu'elle est devenue incompatible avec ses obligations professionnelles, voire avec certaines actions de la vie de tous les jours. Plus que son poids, c'est la circonférence qu'ont pris ses déchets qui sont handicapants. Pour lui, impossible de plier les bras, donc de boire, de manger, de conduire avec la combinaison. Pour la mettre, il a besoin d'une dizaine de minutes et d'une personne en renfort, pour la fermer. 

Un déchet ambulant qui n'est pas sûr de pouvoir monter la tour Eiffel

Venu à Paris en TGV, équipé de ses déchets, il a pris une chambre d'hôtel juste à côté de la gare Montparnasse, pour éviter le métro. Ce jeudi matin, par contre, impossible d'y couper, c'est la tour Eiffel qu'il veut monter, pour sensibiliser le plus de monde à la question du gaspillage. A condition de passer les services de sécurité, peu habitués à voir passer un véritable déchet ambulant. A la faculté des Tanneurs, à Tours, Davy Cosson a par exemple été obligé de montrer tous ses déchets avant d'entrer. Si la tour Eiffel lui est refusée, il ira se promener au point culminant de Paris : en-haut de la butte Montmartre. Avant de retirer pour la dernière fois cette handicapante combinaison, qu'il se promet de garder en souvenir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu