Climat – Environnement DOSSIER : L'environnement : un enjeu électoral 2017

Un train d'uranium bloqué à Narbonne par des militants anti-nucléaire

Par Claire Moutarde et Romain Berchet, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Hérault et France Bleu samedi 15 avril 2017 à 11:30

Le train d'uranium repart après deux heures de blocage.
Le train d'uranium repart après deux heures de blocage. © Radio France - Romain Berchet

Une cinquantaine de militants anti-nucléaire ont bloqué pendant près de deux heures ce samedi un train d'uranium à Narbonne (Aude). Une opération pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la question du nucléaire.

Ils sont une cinquantaine de militants Stop Nucléaire Drôme Ardèche, Arrêt du Nucléaire 34 et Sortir du Nucléaire Aude à bloquer "le plus longtemps possible" un train d'uranium. Treize wagons qui venaient de partir de l'usine Areva Malvési de Narbonne en direction du site du Tricastin dans la Drôme.

Le blocage a commencé vers 10h ce samedi. Selon l'association Sortir du nucléaire, l'usine de Malvési est la porte d'entrée de l'uranium en France. "Ce n'est pas une petite usine régionale. Ici à Narbonne, le site traite 100% de l'uranium français", précise Didier Latorre le porte-parole du collectif "Stop Uranium". Un train par semaine transite entre Narbonne et le Tricastin chaque samedi matin.

L'opération est menée pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur la question du nucléaire.

On nous prive d'un débat sur le nucléaire depuis 60 ans. Maintenant ça suffit." - Didier Latorre

Didier Latorre, porte-parole du collectif "Stop Uranium"

Les militants devant le train d'uranium à Narbonne (Photo du collectif Sortir du Nucléaire) - Aucun(e)
Les militants devant le train d'uranium à Narbonne (Photo du collectif Sortir du Nucléaire)

Areva condamne

Areva a condamné ce samedi l'action menée à Narbonne près de son site de Malvési. "Ces transports d’uranium naturel sont soumis à un cadre réglementaire strict, contrôlés par les autorités", précise Areva dans un communiqué.

  - Aucun(e)

  • Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.