Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

"Une aberration pour l’environnement" : les écologistes demandent la suppression des 24 heures motonautiques de Rouen

Les 24 heures motonautiques de Rouen sont la cible des critiques des défenseurs de l’environnement qui réclament la suppression de cet événement "trop polluant et trop bruyant".

Les 24 heures motonautiques de Rouen.
Les 24 heures motonautiques de Rouen. © Maxppp - BORIS MASLARD

Rouen, France

Les bolides sont de retour sur la Seine à Rouen. C'est parti pour la 56e édition des 24 heures motonautiques, les courses commencent le mardi 30 avril. Et à chaque retour des 24 motonautiques, les écologistes relancent aussi le débat sur l'impact environnemental de cet événement qu'ils jugent "d'un autre siècle"

50 000 litres de carburant consommés en 24h

"C'est une fête du 20 siècle, une fête de l'ère du tout pétrole qui donne une mauvaise image de notre ville", estime Stephane Martot, conseiller municipal et Secrétaire d'Europe écologie-Les Verts à Rouen. "C'est le symbole du tout pétrole, du bruit, on utilise du carburant qui salit la Seine. Les organisateurs se vantent de nettoyer ce qu'ils salissent et heureusement!" L'élu écologiste souhaite la création d'un événement plus respectueux de l’environnement. 

Depuis plusieurs années, les élus Europe-Écologie les Verts (EELV) composants la majorité municipale de Rouen demande au maire de supprimer la subvention à cette compétition de motonautisme. Ils ont obtenu sa diminution. En 2013 la subvention municipale était de 100 000 euros, elle n'est plus que de 30 000 euros aujourd'hui. Mais les écologistes veulent aller plus loin. "On aimerait que cette subvention soit supprimée. A la place des 24 motonautiques on peut imaginer une course de bateau solaire par exemple. Lançons un appel à projet, soyons inventif car il y a de l'argent public qui est investi dans cet événement", plaide Stephane Martot.