Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Une baleine à la dérive au large de Frontignan

mercredi 1 novembre 2017 à 17:29 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault et France Bleu

Phénomène très rare : la carcasse d'une baleine a été signalée au large des côtes héraultaises. Elle est en cours de remorquage ce mercredi vers le large, afin d'éviter un échouage.

Il pourrait s'agir d'un rorqual commun, espèce très présente en Méditerranée
Il pourrait s'agir d'un rorqual commun, espèce très présente en Méditerranée - Guy Ruggiero

Frontignan, France

Le premier signalement a été donné lundi soir : une baleine de 15 à 20 mètres de long, flottant ventre à l'air, à deux nautiques au large de Sète. Un animal mort depuis plusieurs jours. Les autorités s'activent depuis pour éviter que la carcasse ne s'échoue sur les plages.

"Au début, avec les striures, j'ai cru que c'était un kitesurf qui était sur l'eau."

Guy Ruggiero, plongeur amateur à Frontignan, était de sortie avec des amis mardi matin quand il a aperçu l'animal. "On était trois plongeurs sur le bateau et on a vu quelque chose d'anormal au large. Au début j'ai cru que c'était un kitesurf.

On s'est rapproché et on a vu que c'était une baleine. Elle était énorme, et j'ai averti le Cross Med tout de suite parce que c'est un danger pour la navigation, de nuit ça peut faire couler un bateau. C'est ma première baleine, mais c'est une baleine morte. C'est très rare. J'aurais préféré la voir vivante."

"C'est ma première baleine, j'aurais préféré la voir vivante". Guy Ruggiero, plongeur au Club Aresquiers subaquatique de Frontignan

Un vrai danger pour les bateaux en effet. La préfecture maritime a d'abord lancé un avis aux navigateurs, afin de prévenir de la présence de cet obstacle en mer. Elle a dépêché sur place une frégate des douanes, chargée de maintenir la carcasse à distance des côtes.

"Elle était très proche du bord, un kilomètre à peine."

Armelle Chenu, plongeuse elle aussi, a pu observer la scène de chez elle, sur la plage aux Aresquiers. "Les affaires maritimes essayaient de la tracter mais n'ont pas réussi. On voyait bien les fanons et l'état de putréfaction. C'est impressionnant. Elle était très gonflée et très proche du bord, à un kilomètre à peine."

Armelle, plongeuse elle aussi, a pu oberver la baleine dériver devant chez elle

Éviter à tout prix que l'animal ne s'échoue

Avec le vent de mer, les autorités n'ont pas pris de risque. Elles ont organisé le remorquage de l'animal afin d'éviter qu'il ne s'échoue. L'Abeille Flandre, basée à Toulon, est arrivée sur place dans la nuit de mardi à mercredi, pour tracter l'animal vers la pleine mer, à 60 nautiques du littoral où les courants devraient l'emporter jusqu'à ce qu'il coule naturellement. Un Falcon 50 va survoler la zone dans les jours qui viennent pour s'assurer que l'animal reste effectivement au large.

L'animal dérivait en début de semaine à moins de 2 nautiques des plages de Sète et Frontignan - Aucun(e)
L'animal dérivait en début de semaine à moins de 2 nautiques des plages de Sète et Frontignan - Guy Ruggiero

Au delà du danger en mer, en cas de collision, l'échouage représente lui aussi un risque sanitaire, car il s'agit d'un animal de plusieurs dizaines de tonnes en décomposition. Évacuer une telle carcasse représente enfin un gros problème logistique. D'où ces nombreuses précautions : autant éviter ce scénario.

"Les baleines à la dérive c'est vraiment rarissime au large de nos côtes."

Il est déjà rare de voir des baleines nager au large de nos côtes, plus rare encore de les voir dériver ainsi, explique Renaud Dupuy de la Grandrive, de l'Association de défense de l'environnement et de la nature des Pays d'Agde. "Ce qui a changé et c'est bien c'est qu'avant, on les dynamitait ces bestioles. Aujourd'hui on les remorque très très au large ; ça rentre dans le grand cycle marin et la chaîne alimentaire"

"Avant on dynamitait ces bestioles..." Renaud Dupuy de la Grandrive

Il sera difficile de déterminer l'espèce à laquelle appartient l'animal, en raison de son état de décomposition avancé, sans doute un rorqual commun, espèce très présente en Méditerranée. On ne connait pas non plus les causes de la mort, accidentelle ou naturelle.

De mémoire, dans le département une baleine s'était échouée il y a des années à Sète. Une autre sur une plage de Palavas début 90. À l'époque on l'avait faite exploser. Autre cas : aux Saintes-Marie-de-la-Mer en novembre 2014, un rorqual de 17 mètres de long et 30 tonnes, qui avait été emmené à l'équarissage.