Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une campagne en Bigorre pour mesurer le taux de glyphosate présent dans nos organismes

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Des volontaires sont appelés à effectuer des prélèvements d'urine afin que les taux de glyphosate présents dans leur organisme soient mesurés. Des réunions publiques sont organisées.

Le Roundup contient du glyphosate
Le Roundup contient du glyphosate © Radio France - PQR

Une campagne sur le glyphosate est lancée en Bigorre. Il s'agit d'une initiative nationale, reprise localement par des bénévoles. Le principe est simple : des volontaires prélèvent leur urine afin de mesurer le taux de glyphosate qui s'y trouve. 

Interdire tous les pesticides

Cette opération a évidemment pour objectif à terme de mettre en lumière les dangers de cet herbicide emblématique, mais pas uniquement : "L'idée est de dénoncer tous les pesticides", explique Fabien Mendes, le coordinateur de la campagne en Bigorre.

Fabien Mendes est le coordinateur de cette initiative en Bigorre.

"L'objectif est double : mettre la pression sur le Parlement européen pour augmenter le contrôle des pesticides avant leur mise sur le marché (...) et mettre devant leurs responsabilités les fabricants de pesticides", ajoute-t-il.

"On est tous contaminés"

Près de 700 personnes ont déjà participé à cette opération en France, et une soixantaine se sont d'ores et déjà portées volontaires dans les Hautes-Pyrénées. "Je pense qu'on est un peu tous contaminés par le glyphosate", décrit Mathieu. Ce Tarbais a lui aussi décidé de participer à la campagne.

Mathieu, un Tarbais, nous explique pourquoi il a décidé de se porter volontaire

Grâce à cette initiative, il espère que le monde agricole va "aller vers des pratiques plus agro-écologiques". Car actuellement, il y a un "manque de volonté politique. L'Assemblée a reporté l'interdiction du glyphosate à 2021", décrit Mathieu, "donc le contexte politique n'est pas très rassurant."

Les organisateurs de cette campagne insiste cependant sur le fait qu'il ne s'agit pas de stigmatiser le monde agricole. "Comme nous, les agriculteurs sont pris en otage", assure Fabien Mendes.

Une réunion publique pour expliquer cette campagne a lieu le 13 mars prochain au café Repaire à Pierrefitte-Nestalas, dans les Hautes-Pyrénées. Les prélèvements commenceront en avril, en présence d'un huissier.  En parallèle, des plaintes pour mise en danger de la vie d'autrui seront déposées devant la justice pour mettre la pression sur le gouvernement et le Parlement européen.

Une campagne glyphosate va par ailleurs bientôt être lancée à Monein. Les personnes intéressées peuvent écrire à cette adresse : glypho64@sfr.fr.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess