Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

En Savoie, une coiffeuse de Chambéry recycle les cheveux pour lutter contre les marées noires

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Depuis cette semaine, à Chambéry, Raphaëlle Mouric et ses collègues font œuvre utile : récupérer les cheveux des clientes pour endiguer les marées noires. Sauver la planète est à portée de ciseaux.

Un salon de coiffure engagé pour la cause de l'environnement
Un salon de coiffure engagé pour la cause de l'environnement © Radio France - Christophe Van Veen

Chambéry, France

Cela a l'air un peu tiré par les cheveux, mais c'est tout à fait sérieux. "Alexandre Coiffure" est un salon engagé, plusieurs fois certifié Ecocert, labélisé "développement durable", qui trie, économise, utilise des pigments naturels... Mais Raphaëlle Mouric l'avoue : "L'étape suprême, c'est le recyclage des cheveux. Depuis plus de vingt ans, je suis malade de voir tout ce qu'on jette chaque semaine. Au moins un sac de 50 litres de cheveux. J'en utilisais un peu pour pailler quelques arbres chez moi. Mais, là j'ai eu le déclic en voyant le naufrage du Grande America au large du Finistère avec cette marée noire qui menaçait la côte Atlantique. Je me suis dis qu'il fallait agir, faire ma part, à mon niveau." 

Les coiffeurs justes 

Raphaëlle Mouric est une coiffeuse énergéticienne , engagée, passionnée, pionnière. Elle a logiquement croisé la route de Thierry Gras , fondateur en Provence de l'association des Coiffeurs Justes. 

Les premiers cheveux - Radio France
Les premiers cheveux © Radio France - Christophe Van Veen

Chez les coiffeurs justes, on recycle les cheveux. Entre autres pour les marées noires. C'est auprès de cette association que la Chambérienne se fournit en sacs en papier, qu'elle remplit avec les coupes capillaires et qu'elle renvoie une fois pleins. Ces cheveux serviront à garnir des boudins flottants, remparts efficaces contre l'extension des marées noires dans l'océan. 

"Le cheveux est un matériau noble qui en pourrit pas. La preuve on en a retrouvé sur le crâne de Ramsès II. On s'en sert pour ces barrages naturels, sans chimie, contre les nappes de pétrole. On s'en sert aussi pour le paillage des végétaux, mais également l'isolation thermique ou phonique. On ne connaît pas encore tous les pouvoirs des cheveux" plaide Raphaëlle, la coiffeuse militante.

Des clientes ultra convaincues

Lorsque nous sommes passés au salon en début de semaine, Raphaëlle et ses collègues expliquaient leur démarche originale. Les clientes adhèrent. Qui a dit que la coiffure était un acte superficiel ? Pas ici,  en tout cas. Pour Annie, "c'est tout à fait dans l'état d'esprit du salon. Le mot "écologie" est un peu galvaudé mais là ça a tout son sens." Véronique est encore plus convaincue : "C'est formidable. Il faudrait qu'il y en ait encore plus. Si on peut aider avec nos cheveux, comme avec le tri sélectif, il ne faut pas hésiter un instant. On abîme tellement la planète, on ne pourra pas revenir en arrière. "La nécessité est ingénieuse" disait mon père. Il faut inventer, se réinventer. C'est tout un art. On ne peut plus dire qu'on n'est pas acteurs, pas concernés. Il y a 20 ans, bien sûr que je n'allais pas chez ma coiffeuse en ayant ces préoccupations. Aujourd'hui, on n'a plus le choix."  

Un petit sac pour la planète - Radio France
Un petit sac pour la planète © Radio France - Christophe Van Veen

Raphaëlle, l'énergique énergéticienne, a converti sa clientèle. On était venu pour une simple histoire de sac à cheveux. On repart avec l'idée que les petits gestes sont vitaux "pour nos enfants, pour nos petits-enfants." La coiffeuse "fait sa part" comme elle dit. Sa petite part, inspirée par le colibri de Pierre Rabhi.

On ne saurait trop conseiller à tous nos politiciens, à tous les décideurs, de venir se faire "couper les tifs" dans ce petit salon de Chambéry. Ils en repartiraient les cheveux plus courts, mais aussi les idées plus longues.