Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Jeux Olympiques de Rio 2016

Une entreprise de Toulouse aide les Brésiliens à nettoyer la baie de Rio avant les JO

lundi 25 juillet 2016 à 18:34 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Occitanie

A deux pas de la plage paradisiaque de Copacabana, la baie de Guanabara est une décharge à ciel ouvert. Pourtant, dans deux semaines, elle accueillera plusieurs épreuves des Jeux Olympiques 2016 de Rio. Depuis un an, la société de Toulouse CLS aide les Brésiliens à localiser les déchets flottants.

La baie de Guanabara à Rio est très polluée depuis toujours.
La baie de Guanabara à Rio est très polluée depuis toujours. - © CLS

Les épreuves de voile, de nage en eau libre et le triathlon s’y dérouleront. La baie de Guanabara, à quelques encablures de la somptueuse plage de Copacabana au Brésil, est pointée du doigt depuis plusieurs mois pour les tonnes de détritus qui y flottent et pour sa qualité de l’eau tout juste dans les normes. Alors pour éviter les collisions entre les bateaux, les nageurs et les objets flottants non identifiés, depuis un an maintenant, depuis Ramonville près de Toulouse, la société CLS aide les Brésiliens à localiser et repêcher les déchets.

C’est Stéphanie Limouzin, directrice de l’océanographie chez CLS qui supervise l’opération : "On les aide avec un système très simple. D’un côté dix bateaux de ramassage et de l’autre un système de cartographie qui permet de prédire où vont flotter les détritus en fonction des courants marins que l’on repère grâce à nos satellites. Il suffit ensuite de faire déplacer vers les déchets, le bateau de ramassage le plus proche."

Stéphanie Limouzin : "D'un côté 10 bateaux de ramassage, de l'autre un système de cartographie."

30 tonnes de déchets repêchés chaque semaine

Avec ça, depuis un an, les dix bateaux brésiliens repêchent 30 tonnes de détritus chaque semaine. Et ils vont continuer leur travail pendant toute la période des Jeux Olympiques. "C’est vrai que ça va être sympa de voir les épreuves de voile sur nos télévisions, avoue Stéphanie Limouzin. Si on voit une eau bien propre et transparente autour des bateaux plutôt qu’une eau un peu sale on sera contents de se dire qu’on y a participé."

Stéphanie Limouzin : "C'est une première pour nous cette mission de ramassage de déchets."'

Chacun des 10 bateaux brésiliens est repéré par une balise GPS et envoyé sur une zone pour récupérer des déchets flottants. - Aucun(e)
Chacun des 10 bateaux brésiliens est repéré par une balise GPS et envoyé sur une zone pour récupérer des déchets flottants. - © CLS