Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Une ferme aquaponique bientôt implantée à Strasbourg

-
Par , France Bleu Alsace

Un trio d'agriculteurs bio alsacien et un ingénieur ont remporté un appel à projet de l'Eurométropole de Strasbourg pour implanter une ferme aquaponique de 9000 m2 à côté d'une centrale biomasse. Elle devrait voir le jour sur le site du Port autonome à la fin de l'année 2020.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Christian Watier

Strasbourg, France

Les cultures aquaponique se développent à la vitesse grand V, et l'Eurométropole strasbourgeoise aura bientôt sa ferme spécialisée. Une serre de 9 000 mètres carré, qui associera élevage de truites et production végétale. Le digestat des poissons servira en fait d'engrais pour les plantes à feuilles et à fruits. 

Objectif : 180 tonnes de produits frais

"On met en place un biofiltre, des bactéries naturelles, qui permet de transférer les rejets des poissons en nutriment pour les plantes, explique Félix Haget, ingénieur et porteur du projet strasbourgeois. Les plantes épurent l'eau, ce qui permet d'être dans un circuit complètement fermé, où le seul intrant, c'est l'aliment du poisson, et il y a très peu d'eau consommée puisque tout est re-circulé."

Le fonctionnement de l'aquaponie. - Aucun(e)
Le fonctionnement de l'aquaponie. - Eurométropole de Strasbourg

Trois agriculteurs bio du nord de l'Alsace et Félix Haget portent ce projet, qui devrait être opérationnel à la fin de l'année 2020. Ils visent 180 tonnes de produits frais par an, des tomates, des aromates, des fraises, ou encore des choux et des salades. "Après si les études de marché nous montrent qu'il y a des produits à plus haute valeur ajoutée qui peuvent être mise en place localement sur le marché, parce que l'objectif, c'est bien d'écouler tous les produits dans un petit périmètre, dans ce cas-là, on pourra s'orienter vers des produits comme la vanille ou le fruit de la passion," ajoute Félic Haget.

Un projet qui permet donc de valoriser le circuit court, mais aussi l'autosuffisance énergétique. En effet, la serre sera alimentée en chaleur par la centrale biomasse implantée juste à côté, sur le site du Pont autonome de Strasbourg. L'investissement est estimé entre un et deux millions d'euros.