Climat – Environnement

Une "grande banderolerie" à Nantes pour dire non à l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes

Par Aurélien Tiercin, France Bleu Loire Océan et France Bleu samedi 26 mars 2016 à 21:05

Les opposants à l'aéroport en train d'accrocher une banderole
Les opposants à l'aéroport en train d'accrocher une banderole © Radio France - Aurélien Tiercin

Une cinquantaine d'opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes étaient dans le centre de Nantes ce samedi. Une manifestation originale puisque les anti-aéroports étaient par petits groupes et ont placardé affiches et banderoles dans tous les recoins de la ville.

Ce samedi, Nantes a connu sa première "grande banderolerie", référence à la grande braderie de la ville qui avait lieu le même jour. Des slogans amusants inscrits au feutre noir sur des affiches en carton et des banderoles dans le but  d'accrocher l’œil des passants dans le centre ville de Nantes ce samedi après-midi.

Cette opération de communication est l'oeuvre d'une cinquantaine d'opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Une manifestation silencieuse et originale pour "se faire entendre différemment et montrer qu'ils ne sont pas là pour foutre la merde" selon Vincent, jeune homme de 26, ans vêtu d'un pantalon treillis et chaussé de rangers.

"Des légumes, pas du bitume !" ou encore "Oeufs de Pâques, pas de tarmac !"

Les opposants ont voulu se montrer originaux

La "grande banderolerie" sur les arrêts de tramway - Radio France
La "grande banderolerie" sur les arrêts de tramway © Radio France - Aurélien Tiercin

Le moment se veut ludique. A partir de 14h, face à la place Bouffay, plusieurs petits groupes de manifestants se forment et couvrent chacun une zone de la ville. Objectif : recouvrir des lieux emblématiques nantais de messages anti-aéroport mais aussi des lieux plus insolites. Plus les banderoles sont placés dans des lieux improbables, plus les organisateurs accordent de points (imaginaires) aux groupes audacieux. Un petit concours efficace pour aiguiser l'imagination de ses participants. On retrouve tout au long de la journée des banderoles à l'arrière des bus et des trams, ou encore sur les arbres du parking de la Petite Hollande près du Centre Hospitalier Universitaire.

Les opposants veulent mettre en avant l'humour de leur action, mais le message reste clair. Joseph a grandi à Notre-Dame-Des-Landes, il se sent hyper impliqué dans ce combat.

"On est là pour ça, pour se battre contre la marchandisation de nos vies et la bétonisation de la nature. Dire non et redire non à l'aéroport, à son monde et tout ce qui va autour" Joseph, opposant à l'aéroport

"Ni avion ni expulsion" devant la médiathèque de Nantes - Radio France
"Ni avion ni expulsion" devant la médiathèque de Nantes © Radio France - Aurélien Tiercin

La cinquantaine de manifestants s'est ensuite réunie rue Paul Bellamy à 18h pour partager autour d'un goûter convivial et échanger les photos de leurs banderoles les plus originales.

La date du 26 mars n'a d'ailleurs pas été choisie au hasard : c'est à partir de ce jour que les opposants historiques qui vivent sur le futur site de l'aéroport sont expulsables. Cela concerne onze familles et quatre exploitations agricoles.