Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Une maison à énergie passive en Creuse

mardi 1 décembre 2015 à 18:27 Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse

Les chefs d'état et de gouvernement du monde entier se retrouvent à Paris à l'occasion de la COP21 pour tenter de limiter le réchauffement de la planète. Mais la lutte pour les économies d'énergie se décline aussi à l'échelle individuelle : reportage en Creuse dans une maison passive.

La maison passive : le top du top de l'isolation thermique
La maison passive : le top du top de l'isolation thermique © Radio France - Maxime Tellier

Saint-Quentin-la-Chabanne, France

C'est un bâtiment en haut d'une colline qui ne passe pas inaperçu : "on voit souvent des personnes s'arrêter et descendre de leur voiture pour prendre une photo de la route en contrebas", raconte Valérie, qui vit ici avec son mari et sa fille, "c'est une maison sur pilotis, la dalle est en béton, l'ossature et la structure sont en bois, la toiture bac acier est sur un pan et la façade sud est entièrement vitrée". Le style détonne dans ce coin de la Creuse entre Aubusson et Felletin plus habitué aux pavillons en crépis ou aux maisons creusoises traditionnelles en pierre. "On est installé ici depuis 3 ans et on a tout de suite vu la différence question économies d'énergie : on ne paye que 400 euros par hiver en moyenne pour chauffer toute la maison, qui fait 100m²."

"Dès qu'il y a un peu de soleil, les rayons passent à travers les baies vitrées de la façade sud et réchauffent l'intérieur même au plus froid de l'hiver, on a aussi mis le paquet sur l'isolation des murs et du toit. Pour le reste, le poêle à granulés de bois au milieu du salon permet de chauffer 80% de la maison ; nous n'utilisons presque jamais les convecteurs électriques des chambres", explique Valérie, qui ne regrette pas son investissement. En moyenne, une maison à énergie passive est 15 à 20% plus chère qu'une construction traditionnelle mais "au final, à condition d'avoir un peu de trésorerie, la différence de budget n'est pas si grande entre construire une maison neuve comme la nôtre et racheter une vieille maison creusoise pour la retaper, comme certains de nos amis l'ont fait."

Un poêle à granulés de bois assure le chauffage - Radio France
Un poêle à granulés de bois assure le chauffage © Radio France - Maxime Tellier

De nombreuses aides pour financer sa rénovation thermique

"Sur certains projets de rénovation ou d'extension de bâtiment, l'apport des particuliers est nul ou très bas", enchérit Karine Durand, architecte et urbaniste au CAUE de la Creuse (Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement), une association financée par des fonds publics présente dans tous les départements de France. "Nous organisons 50 à 70 permanences chaque année dans les mairies et communautés de communes de la Creuse où nous rappelons à chaque fois les aides financières proposées pour mieux isoler son logement : subventions de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH), des régions, des communautés de communes ou encore crédits d'impôt pour la transition énergétique (CITE) ; l’État s'engage pour favoriser les projets des particuliers."

"Au delà des maisons à énergie passive, qui sont encore très rares en Creuse, nous conseillons beaucoup de particuliers sur les projets qu'ils nous soumettent", ajoute Karine Durand, "et bien souvent ils viennent avec une idée simple, comme changer les fenêtres, mais nous leur expliquons que le plus important est d'isoler la toiture, qui représente 40% des déperditions d'énergie en moyenne." Par ailleurs, pour les constructions neuves, la règlementation thermique actuelle est déjà très efficace : "une maison RT2012 (règlementation thermique 2012, la norme actuelle d'isolation) consomme 65 kilowatts d'énergie au mètre carré ; pour une maison à énergie passive, on est en dessous des 15 kilowatts par mètre carré, une étanchéité quasi-totale."

Pour vous renseigner si vous avez un projet de rénovation thermique ou de construction neuve, le Syndicat départemental des énergies de la Creuse (SDEC) répond à vos questions au 05 55 52 01 67. 

Reportage dans une maison passive à Saint-Quentin-la-Chabanne