Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

PHOTO - Marche contre la pollution aux boues rouges près du site de stockage de l'usine Alteo à Bouc-Bel-Air

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Près de 600 personnes ont manifesté ce dimanche 17 mars à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) contre les rejets sur le site de Mange-Garri et en Méditerranée de l'usine Alteo de Gardanne.

La marche s'est arrêtée près du site de stockage de Mange Garri de l'usine Alteo
La marche s'est arrêtée près du site de stockage de Mange Garri de l'usine Alteo © Radio France - Mathilde Vinceneux

Bouc-Bel-Air, France

C'est une nouvelle étape de la contestation contre l'usine Alteo accusée de pollution aux boues rouges. Ce dimanche 17 mars, un cortège de près de 600 personnes est parti de l'école maternelle de la Bergerie à Bouc-Bel-Air pour rejoindre le site de Mange-Garri où sont stockés à l'air libre les rejets solides de l'usine d'alumine de Gardanne. Une marche à l'initiative de trois associations : Bouc-Bel-Air environnement, l'APEIC (association de parents d'élèves de Bouc-Bel-Air) et ZEA, connue pour avoir déversé le mois dernier des tonnes de boues rouges en provenance de l'usine devant le ministère de la Transition écologique à Paris.  

Dans la foule, les riverains s'indignent contre les poussières rouges rejetées sur le site de Mange Garri. "C'est tellement fin comme particules, ça passe partout ! Vous vous mouchez et c'est rouge", raconte Mathilde qui habite à quelques mètres des bassins de stockage. "La toxicité a été prouvée, il faut que ça s'arrête", renchérit Elisabeth qui jouait enfant sur la zone, il y a plus de 50 ans. Une dangerosité que conteste vivement l'industriel. "Ce sont des mensonges !", se défend  Eric Duchenne, directeur des opérations chez Alteo, qui rappelle les investissements de "plus de 500.000 euros" pour éviter la propagation des poussières. 

Dans le cortège, José Bové

Pour le député Europe Écologie-Les Verts José Bové présent à la manifestation, l'usine doit fermer ses portes. "Elle doit s'arrêter pour que les rejets cessent mais on ne peut pas lancer cela projet sans construire en même temps la reconversion. Cela veut dire que les pouvoirs publics doivent investir et surtout qu'Alteo, qui a la responsabilité première, doit remettre les choses au propre et surtout accompagner les salariés", explique l'élu. L'usine emploie près de 500 personnes. 

Depuis 2016, l'usine d'alumine a cessé ses rejets solides de boues rouges en Méditerranée. Seuls les liquides sont déversés en mer et Alteo a jusqu'au 31 décembre 2019 pour remettre ces rejets aux normes environnementales. Une date butoir confirmée par la cours administrative de Marseille en janvier dernier.  Les rejets solides sont eux stockés dans des bassins à l'air libre, sur le site de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air. 

L'usine a demandé une extension de ce site et une prolongation après 2021 de l'autorisation de stockage à laquelle s'oppose les associations environnementales mobilisées ce dimanche 17 mars.  Une enquête publique complémentaire sur l'impact du site d'Alteo doit  voir le jour d'ici le début de l'été, sur ordre du tribunal administratif de Marseille. L'association ZAE dénonce également l'existence de décharges sauvages entre le port de Fos, où arrive le minerai par bateaux, et Gardanne où se trouve l'usine Alteo.

Près de 600 personnes ont défilé contre les rejets de boues rouges d'Alteo  - Radio France
Près de 600 personnes ont défilé contre les rejets de boues rouges d'Alteo © Radio France - Mathilde Vinceneux
La foule a écouté les discours des trois associations à l'initiative de la marche  - Radio France
La foule a écouté les discours des trois associations à l'initiative de la marche © Radio France - Mathilde Vinceneux
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu