Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Une mortalité record d'abeilles en Finistère

jeudi 26 avril 2018 à 18:02 Par Adrien Bossard, France Bleu Breizh Izel

Les néonicotinoïdes,stop ou encore ? Les 28 États membres de la commission européenne doivent décider ce vendredi du sort de ces pesticides, véritable cauchemar des apiculteurs. En Finistère, ils dénoncent une mortalité anormale hausse des abeilles cette année.

Sven Niel montre l'un de ces cadres, dans une ruche, qui ne vas donner de miel cette année.
Sven Niel montre l'un de ces cadres, dans une ruche, qui ne vas donner de miel cette année. © Radio France - Adrien Bossard

Tréogat, France

Dans la maison de Sven Niel, l'une de ses sept ruches est posée dans un coin, rapatriée à l'intérieur car il n'y aura rien à tirer cette année. "Regardez-moi ces cadres, y a du miel dessus, mais c'est foutu", constate dépité cet apiculteur de Tréogat, en Pays Bigouden. Aucune abeille ne s'en occupe depuis un bout de temps, et pour cause, "elles sont presque toutes mortes". 

Une mortalité proche des 60%

En général, 30% des abeilles ne passent pas l'hiver. Mais là, c'est deux fois plus. La faute, entre autres, aux néonicotinoïdes. Des pesticides qui se retrouvent sur certaines fleurs que viennent polliniser les abeilles. 

Certaines abeilles sont mortes et sont restées accrochées aux cadres. - Radio France
Certaines abeilles sont mortes et sont restées accrochées aux cadres. © Radio France - Adrien Bossard

Mais pour Vincent Buon, le vice-président du syndicat L'abeille finistérienne, ce n'est pas la seule raison. "Il y a d'autres ennemis, notamment le varois. Et les fleurs mellifères se font plus rares cette année."   

Un miel artisanal plus rare

Sur ses sept ruches, seules deux ou trois vont donner du miel à Sven Niel cette année. - Radio France
Sur ses sept ruches, seules deux ou trois vont donner du miel à Sven Niel cette année. © Radio France - Adrien Bossard

La conséquence de tout cela : un miel artisanal très rare et plus cher. Le syndicat redoute une hausse des prix de 50%.