Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

DOSSIER : Une pétition des chasseurs pour continuer à chasser sur la plage de pauvres, à Etaples

mercredi 18 avril 2018 à 6:17 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Les chasseurs lancent une pétition, pour obtenir le droit de continuer à chasser sur un petit bout de sable, dans la Baie de Canche. Mais, la plage des pauvres se situe dans une réserve nationale où chasser est théoriquement interdit.

Les chasseurs veulent continuer de chasser le gibier d'eau, sur la plage des pauvres, comme depuis trente ans.
Les chasseurs veulent continuer de chasser le gibier d'eau, sur la plage des pauvres, comme depuis trente ans. © Radio France - Matthieu Darriet

Étaples, France

C’est une décision de justice qui a remis le feu aux poudres. Saisie par une association de protection de l’environnement, les juges sont récemment venus redire que chasser dans la Réserve nationale de la Baie de Canche constitue du braconnage, que c’est interdit. Mais ça n’inquiète pas Thierry Forestier, avec la jurisprudence Notre-Dame-des-Landes. Il est président des chasseurs maritimes de la Baie : 

Si on prend l'exemple de l'aéroport, on voit bien qu'on peut faire autrement que ce qui est décidé par la justice, donc pourquoi pas chez nous ? C'est une chasse tellement culturelle et particulière, qui ressemble à aucune autre. Il faut savoir siffler, il faut savoir se cacher et reconnaître les espèces.  C'est une chasse difficile. Les chasseurs l'ont pratiqué avec leur père, leur grand-père, et donc ils tiennent à continuer cette chasse qui disparaîtrait si on l'interdisait dans ce secteur. 

Un balisage avant des PV ? 

Pour l’instant Eden 62, le gestionnaire des lieux, va baliser les limites de la réserve, avec des piquets sur le sable et des bouées en mer. Ainsi chacun aura bien conscience de ce qu’il fait. Le risque, c’est qu’après les PV tombent, dénonce Daniel Fasquelle, député Les Républicains de la circonscription, signataire de la pétition et soutien des chasseurs, depuis toujours. : 

Une promesse a été faite aux chasseurs, au moment de la création de la réserve, de les laisser chasser sur la plage des pauvres. Il faut que cette promesse soit tenue. 

La pétition des chasseurs maritimes de la Baie de Canche a déjà été signée par plus de 5.000 personnes. - Radio France
La pétition des chasseurs maritimes de la Baie de Canche a déjà été signée par plus de 5.000 personnes. © Radio France - Matthieu Darriet

Pour l’instant, l’Etat marche sur des œufs. Les chasseurs espèrent obtenir un arrangement. Et c’est possible, assure Daniel Fasquelle : 

Il y a des réserves ailleurs en France, où les chasseurs peuvent chasser. Que sur une toute petite partie de la réserve, on permette aux chasseurs de continuer à pratiquer leur passion, ça ne me choque pas du tout. Sachant que si la chasse était vraiment nuisible, sur la plage des pauvres, il n'y aurait plus d'oiseaux, or c'est l'endroit où il y en a le plus dans l'estuaire. 

Trouver un compromis ?

C’est donc aujourd’hui l’Etat qui a les clés en mains. Et le Préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry souhaite visiblement trouver une issue, avec le gouvernement :  

Si le sujet était simple, nous aurions déjà trouvé une solution. J'admire d'ailleurs la facilité de celles et ceux exigent des solutions en quelques semaines alors que ça fait trente ans que ça dure et que des majorités se sont succédées. Donc, moi j'irai au fond des choses, avec les services locaux de l'Etat et le ministère. On expertise le sujet finement, pour une recherche de compromis, afin de concilier les usages, dans le respect du droit, et en prenant en compte le caractère sensible au plan de la biodiversité de ce secteur. 

Les différentes options seront présentées, en mai ou en juin, à toutes les parties. Il faudra convaincre les associations de protection de l’environnement, pour éviter une nouvelle procédure judiciaire. Ouverture de la chasse le premier week-end d’août.