Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Une pétition pour le retour des ourses en Béarn

jeudi 28 juillet 2016 à 18:22 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

Les pro-ours se font entendre après la démonstration des opposants à la réintroduction d'ourses en Béarn début juillet. Des élus et des bergers ont signé une pétition, l'"initiative pour la conservation de l'ours en Béarn".

L'opposition entre pro et anti ours est bien visible en vallée d'Aspe
L'opposition entre pro et anti ours est bien visible en vallée d'Aspe © Radio France - Axelle Labbé

Le 1er juillet, 200 opposants s'étaient réunis à Toulouse où se tenait une réunion du comité de massif des Pyrénées. Les associations environnementales n'avaient pas réussi à se mettre d'accord, le vote s'était soldé par 15 pour, 15 contre, et 1 vote blanc.

Une pétition, initiée par le FIEP, le fond d'intervention eco-pastoral, vient d'être envoyée à la ministre de l'environnement, Ségolène Royal, pour le retour de deux femelles aux côtés de Néré et Cannellito. Un texte signé par cinq maires (Borce, Etsaut, Cette-Eygun, Accous, Bedous), trois conseillers régionaux et départementaux, et seize bergers de la vallée d'Aspe.

Si t'es pas agressif, il n'y a pas de raison pour qu'il soit agressif - Mireille Bonhomme, bergère

Mireille Bonhomme en fait partie. Elle est bergère à Arbus et transhume à Bedous et Etsaut. Elle ne craint pas l'ours, ni pour son troupeau, ni pour elle : "personne n'est à l'abri, mais les bergers qui gardent, qui rassemblent leurs troupeaux régulièrement, ce ne sont pas eux qui ont de gros dégâts". Bien sûr, elle pense parfois à ce qui se passerait si elle croisait l'un des plantigrades, mais "si t'es pas agressif, il n'y a pas de raison pour qu'il soit agressif", dit-elle.

Mireille Bonhomme, bergère

La maire d'Etsaut, Elisabeth Médard, souhaite elle aussi la réintroduction de deux femelles dans le Béarn : "il est important de montrer qu'il y a une position sur la nécessité de réintroduire des femelles pour que l'espèce puisse perdurer". Elle y voit aussi un intérêt touristique : "ça peut créer une dynamique autour de ça. On l'a vu ailleurs, en Espagne ou en Italie. On n'est pas plus bête ni que les espagnols ni que les italiens, je pense qu'on peut effectivement développer une activité éco-touristique autour de cette thématique".

Elisabeth Médard, maire d'Etsaut

Le FIEP a par ailleurs dévoilé ce jeudi une nouvelle vidéo de Néré.