Climat – Environnement

Une vague de "froid généralisé" attendue en France dès mardi

Par Mikaël Roparz et Tifany Antkowiak, France Bleu lundi 16 janvier 2017 à 15:07 Mis à jour le lundi 16 janvier 2017 à 22:02

La Corse notamment est sous la neige en ce début de semaine.
La Corse notamment est sous la neige en ce début de semaine. © Maxppp - Michel Luccioni

Le temps est plus calme à partir de ce lundi, mais le froid fait son retour par le nord-est. Les températures devraient descendre jusqu'à -11°C à Mulhouse, -6°C à Toulouse, -4°C à Marseille, et cet épisode hivernal devrait se poursuivre au moins jusqu'en fin de semaine.

La France va grelotter dans les prochains jours. Un coup de froid est attendu sur la quasi-totalité de la France. Les températures seront inférieures en moyenne de "quatre à huit degrés" aux normales saisonnières, selon Météo France. "On n'est pas dans des températures exceptionnelles", souligne Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France. "On peut parler de vague de froid d'intensité modérée, d'un bon coup de froid". Cette vague de froid est toutefois la première de cette ampleur depuis 2012.

Quand parle-t-on de vague de froid ?

Une vague de froid se caractérise par un temps froid qui dure au moins deux jours consécutifs, avec des températures qui atteignent des valeurs "nettement inférieures aux normales saisonnières de la région concernée", explique Météo France. En France métropolitaine, il est habituel de constater les températures hivernales les plus basses en janvier ou février, sur l'ensemble du pays. Mais il peut y avoir des épisodes précoces (en novembre, décembre) ou tardifs (au mois de mars).

La France a connu plusieurs périodes de froid remarquable depuis 1947. Celle qui est attendue cette semaine pourrait être équivalente à la vague de froid de février 2012. Entre le 1er et le 13 février, la valeur minimale de l'indicateur thermique (moyenne des températures quotidiennes de 30 stations métropolitaines) était alors de -5°C. Il a fait bien plus froid, par exemple en février 1956 ou en janvier 1985, avec un indicateur thermique de -10°C. .

Températures ressenties "au plus bas mercredi et jeudi", jusqu'à -20°C dans le nord-est

Les températures vont chuter à partir de lundi, et surtout de mardi. Elles seront parfois fortement négatives la nuit et vont éventuellement le rester toute la journée. Le thermomètre devrait dégringoler jusqu'à -9 ou -10°C à Strasbourg, -11°C à Mulhouse, -10°C à Dijon, -6°C à Toulouse, -4°C à Marseille.

Le froid pourra sembler plus intense encore mercredi et jeudi, alors qu'il n'y aura pas forcément d'évolution au thermomètre. "Les températures ressenties seront au plus bas mercredi et jeudi car il y aura plus de vent", précise Météo France. La température ressentie, dépend de la perception physiologique de chacun, ainsi que des conditions atmosphériques. La sensation de froid est plus vive par exemple s'il s'accompagne de vent, en raison d'un phénomène appelé le refroidissement éolien. Ainsi, dans le nord-est, une température de -10°C conjuguée à une bise de 50 km/h, "donnera lieu à un ressenti de -20°C environ". Le vent de nord-est accentuera encore la sensation de froid.

Le gouvernement mobilisé

Face à cette offensive du froid, le gouvernement a mis en place un "pilotage national quotidien" pour anticiper au mieux les besoins, a annoncé Matignon.Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé les collectivités locales et les associations à mettre à disposition des gymnases, des salles communales, des accueils de jour, pour les personnes sans abri. La sécurité civile, la police, la gendarmerie et les sapeurs-pompiers sont également sur le pont.

A LIRE AUSSI

Les besoins en électricité seront assurés mardi, assure RTE

Bien que le froid risque d'entraîner une hausse de la consommation d'électricité, les Français utilisant massivement du chauffage électrique, "il n'y a pas de coupures programmées", a indiqué le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, RTE, qui avait expliqué vendredi dernier qu'il pourrait cependant être contraint de déclencher des mesures exceptionnelles. Cela pourrait être le cas mercredi.

En revanche à 20h ce lundi, RTE assurait que les besoins en électricité en France seraient assurés pour la journée de mardi. Le gestionnaire prévoyait une consommation de 91.300 mégawatts mardi à 19h, heure de pointe, quand les Français regagnent leur domicile et poussent le chauffage. Cette valeur a été révisée à la baisse par rapport aux 93.400 MW qui étaient anticipés vendredi.

En Corse, de nombreuses écoles fermées ce mardi, à cause de la neige

Les deux départements corses étaient toujours lundi soir en vigilance météo orange neige et verglas. En raison de ces conditions climatiques, les autorités ont décidé que les établissements scolaires resteront fermés mardi, sauf à Ajaccio et Bastia. Les transports scolaires sont également suspendus pour la journée de mardi. Et en Corse-du-Sud, les poids lourds avaient interdiction de circuler à partir de 19h lundi soir, et pour toute la journée de mardi.