Climat – Environnement

Une violente bactérie effraie les oléiculteurs azuréens

Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Azur dimanche 5 avril 2015 à 8:00

Des branches d'oliviers - image d'illustration
Des branches d'oliviers - image d'illustration © MaxPPP

Une bactérie tueuse d'oliviers menace les cultures en Europe. Localisée dans le sud de l'Italie, la bactérie Xylella fastidiosa se propage rapidement d'arbre en arbre. Pour s'en prémunir, le ministère français de l'Agriculture vient de prendre une décision radicale : fini les importations de végétaux du sud de l'Italie. Un soulagement pour les producteurs d'olives des Alpes-Maritimes.

Il ne manquait plus que ça ! Après deux années de faible récolte, les oléiculteurs des Alpes-Maritimes (122 producteurs) s'inquiètent de la propagation d'une bactérie dans l'Italie voisine. La bactérie Xylella fastidiosa est apparue en octobre 2013 dans la région italienne des Pouilles , au sud du pays.

Elle est capable de se développer sur plus de deux cents espèces d'arbres et végétaux, et fait des ravages. La bactérie entraîne le déséchement de l'arbre qui meurt en moins de trois semaines .

Ainsi, pour éviter sa propagation en France, le ministère de l'Agriculture vient d'interdire les importations de végétaux issus de la région italienne des Pouilles .

Cela concerne différentes espèces : vigne, agrumes, oliviers, lauriers, chênes, etc. Une décision radicale du ministère, car il n'existe aujourd'hui, aucune méthode de lutte directe contre la bactérie. Mais une décision saluée par les professionnels azuréens de la culture de l'olive.

Un patrimoine départemental menacé

Aujourd'hui, les oliveraies azurénnes constituent un réel patrimoine pour le département. Plus d'un milion et demi d'arbres sont plantés dont des oliviers multicentenaires. La filière oléicole est une importante composante de l'économie agricole des Alpes-Maritimes  avec 122 exploitants. Des exploitations très fragilisées, dont certaines rencontrent des difficultés de trésorerie.

L'arrivée de la bactérie Xylella fastidiosa dans leurs cultures porterait le coup de grâce selon Jean-Philippe Frère, de la Chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes. D'autant plus que l'insecte Cicadelle, très présent dans le département, contribuerait à sa prolifération.

Décryptage avec Jean-Philippe Frère, vice-président de la Chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes.