Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Uranium : l'association Sources et rivières du Limousin privée d'aides de l'Etat

lundi 8 avril 2019 à 20:45 Par William Giraud, France Bleu Limousin

L'association SRL n'a pas assisté à la commission de suivi des anciens sites d'uranium d'Orano (ex-Areva). Motif principal : la perte d'une aide annuelle de 5.000 euros qui oblige la structure, acteur historique du combat pour la reconnaissance de la pollution radioactive, à faire des choix.

Un des anciens sites d'Orano en Haute-Vienne.
Un des anciens sites d'Orano en Haute-Vienne. © Radio France - Fabienne Joigneault

Bessines-sur-Gartempe, France

"C'est un peu grave, c'est une vraie question de démocratie environnementale". Antoine Gatet, permanent et juriste de Sources et rivières du Limousin, ne s'est pas rendu à la commission de suivi des anciens sites d'uranium d'Orano ce lundi à Bessines-sur-Gartempe. "Ce n'est pas un boycott, c'est que nous n'avons plus les moyens. Tout simplement" explique-t-il.

Comme d'autres associations environnementales du Limousin, SRL est victime des baisses de dotations de l'Etat au niveau de la région Nouvelle-Aquitaine. "Nous avons perdu une subvention annuelle de 5.000 euros. Pour une petite structure comme la nôtre, c'est beaucoup" ajoute Antoine Gatet.

Limousin Nature Environnement est aussi concerné

SRL n'est pas un cas isolé. Limousin Nature Environnement est aussi concerné : "Même si cela n'a pas le même impact pour nous" réagit Michel Galliot, son président. "On assiste malgré tout à un désengagement de l'état concernant les associations qui font un travail d'intérêt général en nourrissant le débat démocratique. Cela interpelle. Nous faisons un travail d'information des citoyens, travail qui n'est plus reconnu. On en arrive à un point où on se pose la question : faut-il continuer à participer au débat institutionnel ?"

Durant cette commission, Orano a présenté les résultats de la surveillance environnementale liée à l'ancienne activité uranifère. Plusieurs projets de réhabilitation des sites ont été évoqués avec l'installation de fermes photovoltaïques, notamment à Saint-Sornin-le-Lac où la mairie est propriétaire de parcelles, ou à Jouac - où Orano se dit prêt à mettre en location des terres.