Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Vague de chaleur en Bourgogne-Franche-Comté : se rafraîchir en visitant les caves des grands crus (avec modération)

mardi 31 juillet 2018 à 2:06 Par Nicolas Fillon, France Bleu Bourgogne

Il ne fera peut-être pas aussi étouffant que la semaine dernière caniculaire, mais les jours qui viennent vont connaître leur lot de grosses chaleurs. Quoi de mieux que de visiter les caves des grands crus pour se rafraîchir mais aussi déguster d'insoupçonnables trouvailles.

Devant des touristes suédois, François Leclerc explique les secrets de fabrication du vin de son domaine à Gevrey-Chambertin, lors de la visite de sa cave.
Devant des touristes suédois, François Leclerc explique les secrets de fabrication du vin de son domaine à Gevrey-Chambertin, lors de la visite de sa cave. © Radio France - Nicolas Fillon

Gevrey-Chambertin, France

L’été n’est pas terminé, et les grosses chaleurs non plus. Alors que l'alerte orange canicule a été levée dans la région il y a quelques jours, le milieu et surtout la fin de la semaine à venir verra le soleil à nouveau plomber la Bourgogne-Franche-Comté, selon Météo France, qui annonce dans ses prévisions des températures dépassant allègrement les 30°C, avec des pics à l’approche du week-end.

Pour échapper au coup de chaud, France Bleu Bourgogne vous a détaillé par le menu les différents moyens qui pouvaient exister dans la région. Pêle-mêle : la baignade entre les bras de l’Ourche, les meilleurs lieux de vie dijonnais pour se rafraîchir, la visite des grottes de Bèze… Ou encore un comparatif pour choisir la meilleur solution selon vos besoins entre climatiseurs et ventilateurs.

Mais aviez-vous pensé à la visite des caves des grands crus ? Un bon argument pour mêler fraîcheur et dégustation. Avec modération, évidemment. Et pour s’en rendre compte, direction Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Plus précisément au Domaine René Leclerc, dont la cave affiche 12°C. Approximativement la température du vin que François Leclerc, le fils de René et vigneron de son état, fait goûter à ses clients, dont un jeune coupe de Suédois, Daniel et Sarah.

"Nous voyageons à travers tout l’Europe, répond Daniel lorsqu’on lui demande qu’est-ce qui l’a amené en France. Nous sommes passés par l’Allemagne, puis l’Italie, pour goûter du vin de Valpolicella, avant de nous rendre dans le Vaucluse pour déguster du Châteauneuf-du-Pape. Là, nous sommes en Bourgogne, et puis après, on ira en Champagne pour vous savez quoi. C’est un wine trip !" Mais pourquoi avoir choisi Gevrey-Chambertin ? "J’ai un ami vendeur de vin et sommelier en Suède, qui m’a recommandé de visiter ce village en particulier, explique le grand blond aux yeux bleus. Voilà pourquoi on a atterrit ici ! Et avec la chaleur dehors, on s'est dit que visiter une cave, ce serait pas mal !"

Franglais et dégustation

Dans un franglais inimitable ("I youtilise the Coravin to pout the wine dans le verre") à l’accent bourguignon plus que prononcé qui fait sourire ses hôtes suédois, le vigneron - un sacré personnage que l’on croirait à peine sorti du lit au premier abord mais captivant et impayable - arrive néanmoins à bien se faire comprendre. Son langage, c’est avant tout celui du vin. Et c’est bien ça que ces touristes sont venus chercher, en plus d’un coin de fraîcheur. Les verres sont servis, place à l’observation, puis à la dégustation

Premières impressions pour le Gevrey-Chambertin 2016 et sa robe rouge un peu violette spécifique des vins jeunes et son arôme très fruité ? "Celui-ci est très bon, fait remarquer Daniel. Très léger et délicat. Je préfère peut-être quelque chose de plus fort et plus âgé, mais c’est un bon début !" Les autres bouteilles, notamment celles de 2013, 2008 et 1976, auront encore plus de succès.

La visite du vignoble fait également partie du programme au Domaine René Leclerc. - Radio France
La visite du vignoble fait également partie du programme au Domaine René Leclerc. © Radio France - Nicolas Fillon

"On a la chance d’avoir de grandes caves et de pouvoir garder des bouteilles pour savoir comment elles évoluent, explique François Leclerc au couple suédois. Si je n’ai plus de vieux vins dans ma cave, je ne peux pas renseigner mes clients sur le vieillissement de mon produit. Et puis, c’est toujours sympa de faire goûter ce genre de vin à des personnes qui n’en ont jamais bu d’aussi vieux. Surtout si c’est la date d’anniversaire d’une jolie femme !"

Daniel n’est pas une femme et 1976 n’est pas sa date d’anniversaire. Mais il n’avait jamais goûté de vin aussi ancien. Et il apprécie : "Il est vraiment merveilleux ! Je pense qu’il s’agira du meilleur moment de notre trip œnologique. On sent bien le terroir, mais aussi le champignon… C’est impressionnant qu’un vin de 40 ans garde autant de fraîcheur !"

Recherche de la fraîcheur

La recherche de la fraîcheur, c’est l’un des leitmotivs des visiteurs de cave, également à l’affut de nouvelles dégustations. Présente également pour repérer quelques pinots noirs et Gevrey-Chambertin, Carmen, la quarantaine, apprécie la température sous terre par rapport à la chaleur caniculaire. Mais pas que. "Ce qui est bien, c’est qu’une cave ne peut pas être 30°C, ça serait bien horrible pour le vin, plaisante-t-elle. Être ici, ce n’est que du plaisir, que du bonheur. Franchement, on est en plein rêve. Il n’y a que des belles bouteilles, des grands vins. C’est un autre monde. On est complètement déconnectés. C’est le monde du vin. Il y a trop de tentations dans une cave, à se taper par terre !"

Le compagnon de Carmen, Stéphane, est lui aussi émerveillé. "C’est juste un petit moment magique, explique celui qui compte prendre du rouge après avoir goûté du blanc récemment. On est content de voir ce que font nos vignerons. Il y a de la fraîcheur, ce qui est bien agréable avec la chaleur de l’extérieur. Le clou de la visite, c’est quand même la dégustation, on se rend alors compte de ce que l’on fait de mieux chez nous."

Secrets de fabrication

Dans la cave, dont les fondations remonteraient à l’époque de Charlemagne, il n’y a pas que la dégustation. Il y a aussi les explications. C’est l’occasion pour François de dévoiler quelques secrets de fabrication. Toujours dans son style particulier : "J’ai pas de fûts neufs. Pour moi, ça rajoute du tannat, des arômes, qui ne sont pas du terroir. C’est comme du maquillage pour une fille. Si elle est belle, elle n’a pas besoin de se maquiller, parce qu’après, on peut avoir de grosses surprises le lendemain matin. Alors, pour éviter la gueule de bois, pas de fûts neuf !"

La cave, qui présente l'avantage d'afficher 20°C de moins que la température extérieure en ces temps caniculaires, contient de nombreux secrets... - Radio France
La cave, qui présente l'avantage d'afficher 20°C de moins que la température extérieure en ces temps caniculaires, contient de nombreux secrets... © Radio France - Nicolas Fillon

Daniel, le touriste suédois, a les yeux écarquillés : "C’est vraiment impressionnant, je ne pouvais pas imaginer qu’il y avait autant d’espace en dessous du domaine. C’est fantastique de voir le travail de cette famille qui parvient à perpétuer sa tradition, à développer son propre style. Venir à la cave pour échapper à la chaleur est une autre bonne raison pour goûter du vin !"

"Le problème, c'est le changement de température" — François Leclerc, vigneron

François Leclerc abonde : "On est bien dans une cave, à part que quand tu sors, tu transpires ! Le problème, c’est le changement de température. Tu montes, tu descends, il fait 14°C dans la cave, 35°C dehors en plein soleil, c’est quand même éprouvant pour la santé. Si on boit, en plus, il y a des petits soucis à prévoir. Le crachoir est donc obligatoire dans la cave." Même si le crachoir n'a pas servi une seule fois durant l’après-midi ? "Les gens choisissent ce qu’ils veulent faire, répond le vigneron. Je ne suis pas de la police. S’ils ne veulent pas cracher, c’est leur problème. Moi, de toute façon, je ne crache jamais le vin. C’est un produit qui coûte super cher, on n’est pas en train de boire du Coca. Le caviar, tu ne le craches pas, tu le manges. Et puis, j’en sers tellement peu, moins de 2 cl par verre. Il y a quatre verres, soit 8 cl de vin. Je ne crois pas que l’on puisse se saouler avec ça. C’est peut-être même bien pour la femme enceinte."

Blague à part, François Leclerc avoue que ça lui "fait plaisir d’être à la cave. On est dans une bonne ambiance, à la cool, sans bruit, avec de la fraîcheur. C’est un endroit où je me plais. Je passe ma vie soit sur mon tracteur, soit dans ma cave. Si ça ne me plaisait pas, il faudrait que je fasse autre chose".