Climat – Environnement

Le plan canicule déclenché dans l'Allier et le Puy-de-Dôme

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne mercredi 24 août 2016 à 12:25

Le Puy-de-Dôme et l'Allier en vigilance orange canicule jusqu'à jeudi 16h
Le Puy-de-Dôme et l'Allier en vigilance orange canicule jusqu'à jeudi 16h © Maxppp - Aurelien Morissard

Placés en vigilance orange canicule par Météo France, les deux départements du nord de l'Auvergne sont désormais en veille sanitaire. Le thermomètre dépassera les 38 degrés à l'ombre jeudi dans l'Allier.

37 départements, dont l'Allier et le Puy-de-Dôme, sont désormais placés en vigilance orange par Météo France. Le plan canicule a donc été déclenché dans ces deux départements. La préfecture de l'Allier avait déjà pris des arrêtés de limitation de la consommation d'eau dans 73 communes. Mesures encore plus étendues dans le Cantal, où 144 communes sont concernées.

Le Puy-de-Dôme et l'Allier en vigilance orange canicule jusqu'à jeudi 16h - Aucun(e)
Le Puy-de-Dôme et l'Allier en vigilance orange canicule jusqu'à jeudi 16h - © Visactu

Pic de chaleur attendu vendredi

A l'exception des potagers, dont l'arrosage est autorisé uniquement de 21 heures à 7 heures, l'arrosage des jardins, pelouses, espaces verts et massifs ornementaux, est interdit. De nombreuses autres mesures de restrictions sont actives jusqu'au 30 septembre et sont susceptibles d'être modifiées.

Selon les prévisions de Météo France, le pic de chaleur sera atteint vendredi en Auvergne. Le mercure va dépasser les 38 degrés, l'humidité sera basse et le vent en berne. Un cocktail climatique qui implique de renouveler les habituels conseils de vigilance, notamment à destination des populations les plus fragiles.

Les cours d'eau surveillés

Au terme d'une réunion technique mercredi matin avec Météo France, l'Agence Régionale de Santé et les sapeurs-pompiers, la préfecture du Puy-de-Dôme a décidé de ne pas prendre d'arrêté de restriction. Néanmoins, le cumul des précipitations du premier semestre, sur tout le département, ne suffit plus à compenser les faibles précipitations de juillet et août. Les fortes températures associées à l’absence de précipitation, en dehors de quelques orages, ont desséché les sols et accéléré la baisse des débits des cours d’eau. Les débits des cours d'eau, non soutenus par des barrages en amont, sont devenus déficitaires par rapport à une année normale et ils atteignent dans certains cas des niveaux de vigilance. C’est notamment le cas pour le bassin versant de l’Alagnon, du Cher, du Litroux, du Jauron, de l’Eau-Mère et de l’Ailloux. Le barrage de Naussac, encore plein à plus de 80%, soutient fortement le débit de l’Allier, avec actuellement plus de 155 millions de m3 (sur un maximum de 190 millions). Il a été demandé à onze exploitants agricoles du sud du département de limiter l'irrigation de leurs champs.

Partager sur :