Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Venez participer à un test d'urine pour mesurer votre taux de glyphosate !

-
Par , France Bleu Provence

Une première opération de tests d'urine de volontaires dans les Bouches-du-Rhône va commencer. Comme dans d'autres départements déjà, elle va permettre de rechercher les traces de pesticide. Une réunion d'information a lieu ce vendredi soir à Aix-en-Provence.

Le Round-up, un herbicide dans lequel du glyphosate est présent.
Le Round-up, un herbicide dans lequel du glyphosate est présent. © Maxppp - CJ GUNTHER

Aix-en-Provence, France

"J'ai du glyphosate dans les urines et toi ?" c'est le nom de la campagne qui vous invite à tester votre urine et connaître le taux de glyphosate. La coordination départementale de la "campagne glyphosate" organise ce vendredi 7 juin, à Aix, la première opération de tests d’urine d’habitants volontaires des Bouches-du-Rhône pour y rechercher des traces du pesticide. 

"Les premiers tests montrent que tout le monde a du glyphosate dans son urine, et la plupart du temps à des taux qui sont inacceptables. On est 15 fois au-dessus de la norme que l'Europe donne pour l'eau du robinet" - Régis Delalande, président de la coordination 13 de la campagne

Le but de cette campagne est de déboucher sur une plainte collective contre l'Etat pour "mise en danger de la vie d'autrui". Au niveau national, il y a déjà près de 500 plaintes au pôle santé du parquet de Paris. Plusieurs centaines d'autres devraient suivre d'après Régis Delalande. 

"On n'a pas besoin d'énormément de volontaires, le plus important pour nous, c'est de marquer les esprits et de montrer qu'il y a un moment donné quelque chose se passe qui n'est pas normal". 

Une réunion d'information a lieu ce vendredi soir dans un restaurant d'Aix, le Côton Rouge, à Marseille ce sera au mois de septembre. 

Choix de la station

France Bleu