Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Vercors : le projet de réserve de vie sauvage avance à grands pas

jeudi 3 janvier 2019 à 5:51 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

L'association qui veut acquérir 500 hectares sur la commune de Léoncel a signé mercredi une prolongation du compromis de vente. L'association de protection des animaux sauvages veut en faire une réserve de la vie sauvage.

Une partie des cinq cents hectares
Une partie des cinq cents hectares - Vercors Vie sauvage Roche

Léoncel, France

La moitié de ces cinq cents hectares était louée à une société de chasse. Ce bail de chasse a été résilié mercredi ouvrant la voie à la vente du terrain. 

L'ASPAS a encore six mois pour réunir les fonds

L'association de protection des animaux sauvages a obtenu la prolongation du compromis de vente. Ils ont encore six mois pour réunir les fonds. Ces cinq cents hectares sont vendus au prix de 2,35 millions d'euros. Or l'association a déjà récolté près d'un million neuf cent mille euros. Il y a des financeurs institutionnels mais aussi des particuliers qui ont donné via un site de financement participatif. Trois cent quatre vingt mille euros ont ainsi été réunis.  Et les dons se poursuivent sur le site de l'ASPAS.   

Cinq cents hectares au coeur du massif du Vercors

L'objectif est donc d'acheter ces cinq cents hectares qui pour la moitié sont aujourd'hui une réserve chasse privée et clôturée. Une fois achetés ces forêts, prairies et falaises seraient entièrement rendus à la vie sauvage avec interdiction de chasser, de pêcher et de se déplacer en engin à moteur.  Le tout surveillé par des bénévoles de l'association. L'ASPAS compte maintenant développer une phase d'explication de son projet avec les élus locaux et les habitants du plateau. L'association gère déjà deux réserves ce type dans la Drôme à côté de Saillans et dans la plaine de Montélimar.