Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Vers le dénouement du "Procès braconnage" dans les eaux du Parc National des Calanques

-
Par , France Bleu Provence

Un an après le début du procès à Marseille de 4 braconniers jugés pour avoir pillé pendant plusieurs années les eaux du Parc National des calanques, l'audience civile au Tribunal de Grande Instance ce vendredi 5 juillet, ouvre la dernière partie de ce procès hors normes.

Parc National des Calanques
Parc National des Calanques © Maxppp - Florian Launette

Marseille, France

Il y a un tout juste un an se tenait à Marseille le procès hors normes de 4 braconniers jugés pour avoir pillé pendant plusieurs années les eaux du Parc National des Calanques. Quatre chasseurs sous-marins très expérimentés qui avaient pêché dans des zones interdites et revendu à des restaurateurs et poissonniers marseillais près de 24.000 oursins, des coquillages par milliers, des poulpes, plus de 100 kilos de mérous.... 

Des pillages qui auraient rapporté plus de 160.000 euros aux  braconniers reconnus coupables et condamnés à des peines exemplaires, de 15 à 18 mois de prison avec sursis et plusieurs dizaines de milliers d'euros de dommages et intérêts à verser à des associations de défense de l'environnement.

Plaidoyer pour la réparation du préjudice écologique

Mais avec l'audience de ce vendredi 5 juillet 2019, le Parc des Calanques, qui s’est constitué partie civile, demande réparation  des dommages causés à la nature, un préjudice écologique qu’il estime à plus de 400 000 euros. Et François Bland, le Directeur du Parc National des Calanques est formel "la somme sera  intégralement reversée  à la réparation des préjudices subis sur les zones impactées, à la restauration du milieu marin et au renforcement de  la surveillance, afin que de tels actes ne se reproduisent plus".

Il s'agit là du premier jugement rendu par la justice française en la matière. La décision du Tribunal de grande Instance de Marseille pourrait être un signal fort, alors que la ville se prépare à recevoir en juin 2020 le Congrès Mondial de la Nature, et faire jurisprudence, bien au-delà du Parc National des Calanques.