Climat – Environnement

Victoire symbolique pour les anti-éoliens en Bourgogne

Par Benjamin Billot, France Bleu Auxerre et France Bleu Bourgogne jeudi 10 novembre 2016 à 20:04

-

Après quatre ans de bataille judiciaire, la Cour administrative d'appel de Lyon vient d'annuler le schéma régional éolien de Bourgogne, document rédigé en 2012 qui cadrait le développement de l'éolien dans la région. Une victoire symbolique des anti-éoliens mais qui n'a aucune conséquence concrète.

Les membres de l'ACFBC, le collectif qui regroupe les associations anti-éoliennes de Bourgogne-Franche-Comté se frottent les mains. La Cour administrative d'appel de Lyon vient de leur donner raison en annulant le schéma régional éolien. Un document rédigé en 2012, après une large consultation publique, qui donnait les grandes indications pour le développement de l'énergie éolienne en Bourgogne. Sur ce schéma, 88% des communes bourguignonnes étaient éligibles à recevoir des éoliennes. La Cour d'appel a considéré qu'il aurait du faire l'objet d'une "évaluation environnementale préalable".

Pourtant, cette décision qui réjouit les opposants n'aura aucune conséquence concrète. Le schéma régional éolien n'était pas opposable aux citoyens. Son annulation ne modifiera pas la politique énergétique de la région. Stéphane Woynaroski, conseiller régional en charge de la biodiversité et de l'agenda 21:

Les éoliennes qui tournent vont continuer de tourner. Les éoliennes en cours de construction vont continuer d'être construites parce que les dossiers ont été instruits dans les règles de l'art par les services de l'État. Et sur les projets en cours d'instruction, l'État va continuer d'instruire.

Des opposants très remontés

Une attitude qui désole les membres de l'ACFBC, qui considèrent que l'énergie éolienne en Bourgogne-Franche-Comté est une absurdité. Parce qu'il n'y a pas ou peu de vent dans la région. Mais aussi parce que des plus en plus d'études démontrent qu'il y a un impact sanitaire, à cause des infrasons émis par les éoliennes. Et bien sûr parce que les éoliennes dénaturent les paysages qui font la beauté de la région.