Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDÉO - Obus, vélos, barrières métalliques : deux jeunes sarthois dépolluent les cours d'eau grâce à la pêche à l'aimant

dimanche 16 septembre 2018 à 6:26 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine et France Bleu

Munis d'un aimant pouvant soulever un poids de 500 kilos, deux jeunes sarthois récupèrent une multitude de déchets jetés dans l'eau et la nature. Mais parfois, ils ont des surprises et ont déjà récupéré des armes, une baïonnette, et trois obus.

Dans le Loir, on trouve de tout, même des barrières métalliques municipales
Dans le Loir, on trouve de tout, même des barrières métalliques municipales © Radio France - Jérôme Collin

La Flèche, France

En dix minutes à peine, la pêche à l'aimant est fructueuse. Maxime et Justin, deux sarthois d'une vingtaine d'années,  ont remonté de l'eau un vélo, une bitte d'amarrage et une quantité de barres de fers. Ils ont notamment ciblé le Loir, la rivière qui passe par La Flèche. Tous deux se sont lancés dans l'aventure après avoir visionné des vidéos sur Internet. La pratique de la pêche à l'aimant est plus répandue à l'étranger, notamment en Russie et aux États-Unis. "Ça fait un an et demi qu'on a commencé. _On s'est dit que ça permet de dépolluer. On cherche à des endroits où il y a eu la guerre ou des travaux sur des bâtiments historiques_. On trouve des canettes de bière, des capsules de bière. C'est là qu'on se rend compte que sous l'eau, il y a plein de choses", détaille Maxime.

Des obus retrouvés dans les cours d'eau

Le tableau de chasse, ou plutôt de pêche en l'occurrence, des deux jeunes est assez impressionnant. "La semaine dernière, on a chopé _24 chaises, un caddie, un vélo, un moteur de Solex_. C'était vraiment une bonne pêche. On sait jamais vraiment sur quoi on tombe, c'est toujours une surprise. C'est une chasse aux trésors", liste Maxime. Et puis, lui et Justin sont aussi tombés sur un obus. C'est la troisième fois déjà que ça leur arrive. "Celui-là était assez grand, pas mal balèze. Sur le coup, on rigole. Mais après, on réalise ce que c'est", explique Maxime.

Ça fait un peu peur, on ne sait pas comment manier un obus. On fait attention, c'est quelque chose qui peut être encore actif. Il suffit que quelqu'un le manie mal ou tape dedans et ça fait des dégâts monstrueux.

C'est à l'aide de cet amant pouvant soulever 500 kilos que Maxime et Justin sondent le fond des cours d'eau - Radio France
C'est à l'aide de cet amant pouvant soulever 500 kilos que Maxime et Justin sondent le fond des cours d'eau © Radio France - Jérôme Collin
Maxime et Justin en plein effort pour remonter une barrière métallique - Radio France
Maxime et Justin en plein effort pour remonter une barrière métallique © Radio France - Jérôme Collin