Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDEO - Tempête en Dordogne : un mois après, le château des Izards est encore marqué

vendredi 3 août 2018 à 17:37 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Un mois après la tempête qui a touché 130 communes en Dordogne, le château des Izards à Coulounieix-Chamiers n'a pas encore complètement rouvert au public. Il faut encore nettoyer et coupe des arbres.

Le parc des Izards n'est pas encore complètement nettoyé.
Le parc des Izards n'est pas encore complètement nettoyé. © Radio France - Benjamin Fontaine

Coulounieix-Chamiers, France

Il y a tout juste un mois, la Dordogne subissait une violente tempête. Le vent s'est levé d'un coup en fin d'après-midi ce 4 juillet et des rafales  de vent à près de 120 km/h ont balayé le département. 130 communes ont été touchées. 95.000 foyers privés de courant et pour certains, pendant près d'une semaine.

Le parc pour les enfants est désormais sécurisé

L’agglomération de Périgueux a fait partie des zones les plus touchées. La ville de Coulounieix-Chamiers porte encore des stigmates du passage de la tempête. Elles sont surtout visibles dans les quatre hectares du parc du château des Izards. Un mois après, il reste encore des arbres au sol. L'entreprise en charge du nettoyage, débordée de travail, n'a pu intervenir que cette semaine.

Après trois jours de travail, Tony Verholle et ses deux collègues n'ont pas chômé. "On a sécurisé le parc pour les enfants, l'entrée est également sécurisée. Il reste tout ce qui est crocheté dans le parc derrière le château. Il faut encore tout broyer et tout évacuer." Les ouvriers reviendront en début de semaine pour terminer le nettoyage. 

Des frênes, des chênes et des acacias tombés au sol

Jean-Pierre Roussarie, le maire a du mal à rentrr dans le parc. Comme il l'explique, les tas de branches sur l'herbe lui font mal au cœur. "J'ai pleuré quand j'ai vu l'ampleur des dégâts et là je suis impressionné par le gros tas de broyat." En face du parvis, la montagne de copeaux de plus de deux mètres de haut laisse en effet imaginer combien d'arbres ont pu être abattus. "De gros frênes touchés, voire fracassés, vrillés et mis en travers, mais aussi des chênes et des acacias pourtant robustes." 

Au-delà du parc, toute la commune a été touchée. Avec le recul, le maire a le sentiment que cette tempête a été plus violente que celle de 1999. "L'épisode a été très concentré dans le temps et d'une violence extrême. Quand je parcours la commune, je vois des impacts, des branches qui tombent, des arbres en travers. Pourtant l'équipe des agents de la commune était au travail le soir-même. Je veux d'ailleurs les saluer car ils ont été très efficaces."

200.000 euros de dégâts dans la commune

Au parc des Izards, après le nettoyage il faudra encore abattre des arbres fragilisés par la tempête. Des travaux de plusieurs mois selon le maire. Le coût total de la tempête a été chiffré à près de 200.000 euros pour la commune. A cela s'ajoute le prêt de bennes aux particuliers. Sur demande, la municipalité a mis à disposition des bennes pour nettoyer les déchets verts. Un service gratuit pour les habitants mais qui représente aussi un coût pour la collectivité.