Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Le tunnel du Chambon

VIDÉO - Tunnel du Chambon : les habitants de l'Oisans partent travailler en hélicoptère

lundi 6 juillet 2015 à 21:51 Par Denis Souilla et Nicolas Crozel, France Bleu Isère et France Bleu Provence

Après la marche à pied ou navettes fluviales, depuis lundi matin c'est par hélicoptère que les 70 habitants de La Grave peuvent se rendre à leur travail en Isère. C'est une solution provisoire pour les habitants qui attendent toujours l'effondrement d'un pan de montagne le long du lac de Chambon.

Le lac du Chambon
Le lac du Chambon © Radio France - Denis Souilla

Ils auront marché, pris le bateau pour aller au travail, c'est désormais dans les airs, par hélicoptères que quelques 70 habitants de La Grave (Hautes-Alpes) peuvent se rendre à leur travail en Isère. Un pont aérien est en place depuis lundi matin avec l'accord du préfet de l'Isère.

Une solution provisoire

Pour ce premier jour, une quarantaine de personnes sur les 70 inscrites se sont présentées. Les rotations aller débutent à 6h45 depuis une aire de tournement de chasse-neige à deux kilomètres de La Grave. Les rotations retour sont organisées dès 18h30 depuis l'héliport de la station des 2 Alpes (Isère). Le financement est assuré pour les dix prochains jours par la région PACA , soit 30.000 euros, puis l'État a d'ores et déjà annoncé qu'il mettrait lui aussi la main à la poche pour poursuivre ces navettes aériennes au moins pendant un mois.

Fermeture du tunnel du Chambon, un hélicoptère pour aller travailler : "on l'attendait, c'est vraiment une bénédiction"

Des sourires, du soulagement, les premières réactions des habitants sont très positives : "on l'attendait ! C'est une bénédiction. C'est une bonne solution en attendant autre chose..."   Chantal, aide-soignante à la maison de retraite du Bourg-d'Oisans, habite La Grave. Elle n'en pouvait plus de faire le détour "par le Galibier, par la Croix-de-Fer" . Pour ne plus avoir à franchir ces cols alpins, elle avait trouvé un studio où elle habitait la semaine en Isère. Elle n'avait pas défait sa valise depuis avril.

Cela fait trois mois que les habitants de la vallée de la Haute Romanche sont coupés du monde. D'un côté du tunnel, l'Isère et de l'autre les Hautes-Alpes. Cette situation commence à installer une certaine précarité et inquiétude parmi les habitants qui ont besoin de se déplacer pour travailler. "On a tous des obligations professionnelles, je connais des gens qui au prochain retard seront renvoyés, le patron ne veut rien savoir" , explique Mickaël travaille dans le bâtiment.

Des hélicoptères plus matinaux

Ce pont aérien, voilà des semaines que le collectif des habitants du Chambon le réclamait, c'est donc une victoire pour son porte-parole Philippe Raibodi, même si évidemment ça ne peut être qu'une mesure provisoire, rien ne remplacera une route. À la demande des travailleurs, les rotations devraient aussi être plus matinales, peut-être avant six heures. *"On est en phase de test"* ** , précise Philippe Raibodi. Jusqu'à quand et comment ces habitants de la vallée de la Romanche pourront-ils se rendre au travail dans trois mois ? Pour le moment, on ne sait pas. Philippe Raibodi estime que EDF, l'exploitant du barrage, devrait mettre la main à la poche puisque, après tout, si le barrage était vidé les gens pourraient passer.

Philippe Raibodi, porte-parole du Collectif des habitants de l'Oisans : "ce serait bien le matin une heure plus tôt"

Un début de querelle politique ?

Lundi après midi a eu lieu dans les Hautes-Alpes, une réunion de crise. Le préfet de ce département en a profité pour critiquer l'Isère qui veut goudronner une piste, située le long de l'autre rive du lac du Chambon, pour aider les habitants à mieux circuler. Le préfet a expliqué que cet axe de substitution était situé dans un couloir d'avalanches. "On a l'habitude de ce genre de situation" a répondu Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l'Isère. Cinq millions d'euros sont provisionnés pour financer ces travaux.

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l'Isère : "oui, nous savons qu'il y a des couloirs d'avalanches"

TÉMOIGNAGES - Les riverains soulagés par l'hélicoptère

"Cet hélicoptère, c'est une bénédiction"
— Mickaël habite Le Chazelet, au-dessus de La Grave

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

"L'hélicoptère c'est bien mais plus tôt ce serait mieux pour tout le monde, dès 5h30 par exemple"
— Gilles habite Les Fréaux, avant La Grave

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

"J'ai pris le bateau, j'ai fait du camping, j'avais ma valise depuis des mois. Là, je peux rentrer chez moi".
— Chantal, aide soignante au Bourg-d'Oisans, habite La Grave

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

"Il faut laisser les gens travailler travailler. L'hélicoptère, c'est mieux que de marcher une heure".
— Philippe Raibodi, porte-parole du collectif des habitants de l'Oisans

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

Après la journée de travail, retour à La Grave en hélicoptère pour ces Haut-Alpins qui travaillent en Isère.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

Une trentaine de personnes utilisent matin et soir les navettes héliportées.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla

L'héliport des Deux-Alpes.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla
Le lac du Chambon : où est situé le terrain instable et le pan de montagne instable ? - Aucun(e)
Le lac du Chambon : où est situé le terrain instable et le pan de montagne instable ?

→ DOSSIER - Le tunnel du Chambon