Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

VIDÉO - Un lanceur d'alerte pénètre dans une zone interdite pour dénoncer la pollution de l'eau à Marseille

Les images sont devenues virales en quatre jours à peine : l'humoriste et lanceur d'alerte Jean-Yves Sayag publie une nouvelle vidéo dans laquelle il dénonce la pollution de l'eau du port autonome de Marseille.

Un lanceur d'alerte dénonce un grave niveau de pollution dans le port autonome de Marseille
Un lanceur d'alerte dénonce un grave niveau de pollution dans le port autonome de Marseille © Maxppp - David ROSSI

Marseille, France

Ceci n'est pas une blague, même si l'histoire est racontée par un humoriste marseillais. Jean-Yves Sayag, qui se présente également comme lanceur d'alerte sur l'environnement, a partagé une nouvelle vidéo sur les réseaux sociaux, très vite devenue virale : les images ont été visionnées plus de 400.000 fois en quatre jours et partagées plus de 12.000 fois.

L'auteur s'adresse à "tous les amoureux de la nature" et dénonce une pollution inquiétante de l'eau, en plein port autonome de Marseille, au niveau de l'immense tour CMA-CGM. "Il y a un peu de tout qui s'écoule ici : il y a des bouteilles et des canettes qui stagnent dans une odeur pestilentielle. L'eau est carrément marron, quand j'y mets ma main je ne la vois plus. C'est grave, il faut agir." 

Les propos de l'humoriste résonnent jusqu'aux couloirs de la mairie de Marseille : "C'est une grave pollution, les images sont ultra désagréables et ce genre de situation ne devrait plus exister, se désole Didier Réault, adjoint au maire en charge de la mer et du littoral. Il y aura une enquête menée pour détecter d'où viennent les pollutions, et je peux vous dire que certains industriels qui n'étaient pas en règle se sont pris des millions d'euros d'amende."

Des détritus en tout genre, à la surface comme en profondeur

La guerre contre la pollution commence par des batailles contre les petites incivilités qui empoisonnent le quotidien des Marseillais, à l'image de Mohammed, retraité dépité quand il se balade au bord du port : "Il y a des dizaines de sachets et de bouteilles en plastique. Une fois j'ai même vu des vélos jetés dans l'eau à la Joliette."

Et ce n'est pas mieux quand on met la tête sous l'eau, témoigne Florent, passionné de pêche et habitué de plongée sous-marine : "La dernière fois que je suis allé plonger à l'Estaque, il m'a fallu parcourir 20 mètres avant de voir les premiers poissons. Avant cela, il n'y avait que des chichas, des chaussures, des vêtements... On trouve vraiment de tout." 

Un triste spectacle auquel il faut encore ajouter l'odeur. "Quand un bateau passe, on peut sentir le gasoil, regrette Salim, en balade avec ses deux fils autour du Mucem. Le pire, ce sont ces nappes de pollution que l'on voit, parfois, au bord de l'eau avec de la mousse. Ça fait vraiment mal au cœur."

Florent, amateur de plongée sous-marine, pêche au milieu des emballages en plastique à la Joliette  - Radio France
Florent, amateur de plongée sous-marine, pêche au milieu des emballages en plastique à la Joliette © Radio France - Sébastien Cabrita dos Santos