Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

VIDÉO - Un troupeau de chèvres et brebis lutte contre l'ambroisie dans le lit de la rivière Drôme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un troupeau de 550 chèvres et brebis broutent l'ambroisie jusqu'au 15 août, dans le lit de la rivière Drôme au niveau de la réserve des Ramières. Voilà au moins deux ans qu'aucun troupeau n'était venu, faute de financements Natura 2000, mais les ruminants sont de retour.

Des chèvres et des brebis broutent l'ambroisie dans le lit de la rivière Drôme
Des chèvres et des brebis broutent l'ambroisie dans le lit de la rivière Drôme © Radio France - Nathalie Rodrigues

Eurre, France

Des chèvres aident à lutter contre l'ambroisie dans le lit de la rivière Drôme. Un troupeau de 550 bêtes est arrivé mi-juillet et restera là jusqu'à mi-août. Il broute l'ambroisie à Eurre, du pont des Ramières au pont du TGV. La plante allergisante a investi le lit de la rivière Drôme. Aucun troupeau n'était venu depuis au moins deux ans.

Retour des financements... et des ruminants

Les crédits Natura 2000 avaient été supprimés, l'opération troupeau suspendue. Depuis, l'arrachage manuel a été testé, mais s'est révélé moins concluant. Les financements sont de retour et donc le troupeau aussi, pour quatre étés au moins et un budget global de 31 000 euros. Jean Serret, le président de la communauté de commune Val de Drôme : "Si on laisse pousser l'ambroisie, c'est un tapis de 80 centimètres uniformément sur les lits de galets. Donc c'est très préjudiciable pour la santé publique, mais cela empêche aussi d'autres végétaux de pousser, des herbacés par exemple, et c'est donc préjudiciable pour la biodiversité." 

Jean-Michel Cazeau, venu des Bouches-du-Rhône, garde ses 480 chèvres du Rove et ses 65 brebis, passant d'un îlot à l'autre de la rivière. Elles s'attaquent à l'ambroisie, ce qui ne leur pose aucun problème : "ça n'a aucun effet ni sur le lait, ni sur les animaux. La chèvre, ça mange de tout, sauf l'if et le laurier rose."

Le berger ne promet pas que toute l'ambroisie aura disparu des bords de Drôme mi-août : "on ne pourra pas tout pâturer sur un mois, un mois et demi. On va passer une fois ou deux au même endroit pour que les chèvres enlèvent un maximum de fleurs. Déjà, si il y a une grosse partie qui ne graine pas, ce sera une bonne chose de faite." Les chèvres sont parquées loin de la rivière la nuit, pour ne pas crotter dedans.