Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Vierzon : le transporteur TLM veut rouler plus propre

dimanche 2 décembre 2018 à 18:28 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Une seule entreprise en Berry a investi dans des camions roulant au gaz naturel. Ce carburant émet 30 % de dioxyde de carbone, à l'origine du réchauffement climatique, en moins par rapport au diesel. L'entreprise TLM de Vierzon recevra la semaine prochaine un second camion de ce type.

TLM est la seule entreprise de transport berrichonne à posséder un camion roulant au gaz naturel.
TLM est la seule entreprise de transport berrichonne à posséder un camion roulant au gaz naturel. © Radio France - Michel Benoit

Vierzon, France

Chez TLM, un premier camion roule depuis un an déjà, au gaz naturel liquide (GNL ).  Son coût kilométrique  est d'environ 6 centimes de moins par rapport au diesel, mais il coûte 30 % de plus à l'achat... Une autonomie de 1.500 km. TLM en tire un bilan plutôt positif et envisage d'arriver à cinq camions au gaz d'ici deux ans : " On veut affecter ces camions sur les rotations entre la région et Paris. Comme, on en fait cinq ou six par jour, il nous faudrait au moins cinq camions au gaz." explique le gérant de la société, Charles Grandjean. 

Charles Grandjean, gérant des transports TLM de Vierzon - Radio France
Charles Grandjean, gérant des transports TLM de Vierzon © Radio France - Michel Benoit

Des camions plus propres qui permettront de devancer des règles plus contraignantes à venir en région parisienne et même de capter de nouveaux clients, soucieux de leur image environnementale : " On a des chargeurs qui viennent vers nous car ils souhaitent réduire leur empreinte carbone. Cela nous permet donc d'être en conquête de marchés." Reste un gros problème : à peine une quarantaine de stations en France. Charles Grandjean aimerait également des mesures concrètes pour favoriser ces véhicules propres. Pourquoi pas des autoroutes gratuites comme en Allemagne : " En France, on paie les autoroutes au même prix, que l'on roule au diesel ou avec des carburants plus propres. L'Allemagne a décidé de rendre gratuites les autoroutes pour les véhicules qui polluent moins. Ou alors pourquoi pas des aides à l'acquisition de camions propres ? Les pouvoirs publics nous aider concrètement à faire cette mutation." Les camions au gaz naturel représentent 1,5 % des véhicules ;  camions hybrides et électriques sont également appelés à se développer, aux côtés des diesel qui ne disparaîtront pas.