Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Stocamine : les opposants au confinement bloquent le site à Wittelsheim

mardi 12 février 2019 à 7:16 Par Aude Raso, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le collectif Destocamine se mobilise mardi devant le site où doivent être confinés définitivement 40.000 tonnes de déchets toxiques, à Wittelsheim (Haut-Rhin).

Centre de reconditionnement des déchets ultimes de la MDPA Stocamine, à Wittelsheim en 2017
Centre de reconditionnement des déchets ultimes de la MDPA Stocamine, à Wittelsheim en 2017 © Maxppp -

Wittelsheim, France

"Tant que le béton n'est pas coulé, tant que les galeries ne sont pas bouchées, il y a encore de l'espoir", explique Yann Flory, porte-parole du collectif Destocamine sur France Bleu Alsace. Le collectif bloque le site de Stocamine mardi 12 février au matin, à Wittelsheim (Haut-Rhin) en soutien aux élus locaux qui sont reçus dans la soirée par le ministre de la Transition écologique, François De Rugy, à Paris. Les membres du collectif espèrent toujours un moratoire ou un revirement du gouvernement, malgré la décision fin janvier de confiner définitivement les 40.000 tonnes de déchets toxiques dans les galeries des anciennes mines de potasse d'Alsace.

Un recours d'Alsace Nature

Stocamine, c'est une longue bataille... qui n'est donc pas terminée. Au nom du principe de précaution, les défenseurs de l'environnement et les élus locaux pointent du doigt la présence de substances toxiques, solubles dans l'eau, qui pourraient un jour contaminer la nappe phréatique d'Alsace, en cas d'infiltration. Du côté de l'État et du gouvernement, on s'appuie sur les études qui estiment que le risque de contamination et de défaillance du confinement est très faible, et on fait valoir que le processus de désenfouissement lui-même est risqué.

Juridiquement, tout n'est pas perdu pour les opposants au confinement. En 2017, Alsace Nature a déposé un recours contre l'arrêté qui autorise le stockage illimité des déchets à Wittelsheim. Le recours n'est pas encore passé devant le tribunal administratif de Strasbourg. L'audience pourrait se tenir avant l'été.