Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Drôme : des bergers veulent prouver l’existence de loups hybrides, donc non protégés

lundi 28 août 2017 à 6:20 - Mis à jour le lundi 28 août 2017 à 10:29 Par Damien Triomphe, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Comme dans d'autres départements, des bergers drômois ont effectué des prélèvements et font appel à un laboratoire allemand pour mener des analyses. Ils cherchent à prouver qu'une grande partie des loups sur le territoire sont des hybrides, mi-chien mi-loup, et donc des animaux non-protégés.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Florian Launette

Drôme, France

Les bergers ne veulent plus s'appuyer sur les données officielles. Comme dans plusieurs autres départements, des éleveurs de la Drôme ont effectué eux-mêmes des prélèvements sur le terrain - la plupart du temps sur des scènes de prédation - et ont engagé un laboratoire allemand pour réaliser des analyses d'ADN. Les résultats ne seront pas connus dans l'immédiat.

L'objectif ? Démontrer que parmi la population de loups en France, une grande partie est en fait issue de croisements entre chien et loup, donnant ainsi des animaux hybrides, et donc non-protégés par la Convention de Berne. Les loups hybrides pourraient ainsi être éliminés, puisque représentant même un danger pour la préservation de l'espèce.

Prouver qu'il y a plus de loups

Ces analyses ont aussi d'autres intérêts pour les éleveurs, notamment prouver qu'il y a plus de loups en France que le chiffre avancé par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), qui parle de quelques 360 animaux. Le laboratoire ForGen, en Allemagne, a rendu ses premiers résultats pour le département de l'Aveyron.

"Il a dénombré cinq ADN différents dans le Larzac" explique Annette Jouvent, de l'Association des éleveurs et bergers du Vercors Drôme-Isère, "alors que l'ONCFS n'annonçait qu'un loup là-bas ! Cela prouve que leurs chiffres sont faux". Un plus grand nombre d'animaux recensés leur permettrait alors d'obtenir une hausse des autorisations de prélèvements de loup, c'est-à-dire la possibilité d'en abattre plus.

Il n'existe pour le moment pas de rapport officiel de l'ONCFS sur la présence des loups hybrides sur le territoire, les analyses réalisées jusqu'ici ne permettant pas de détecter une hybridation au niveau de la génétique. Mais de nouvelles études sont en cours.

Près de 90 attaques de loup ont été recensées dans la Drôme depuis le début de l'année.

  - Visactu
© Visactu