Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Yonne : une barrière pour sauver les amphibiens en bord de route

jeudi 2 mars 2017 à 4:00 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

A Saint-Julien-du-Sault (Yonne) l'association SOS amphibiens a installé cette année une barrière-piège le long de la route départementale 3. Depuis dix jours et pendant deux mois, des bénévoles peuvent ainsi récupérer les crapauds, grenouilles, tritons et salamandres pour les aider à traverser

Un crapaud commun sauvé par l'association SOS amphibiens (Yonne)
Un crapaud commun sauvé par l'association SOS amphibiens (Yonne) © Radio France - Renaud Candelier

Saint-Julien-du-Sault, France

Le long de la D3 entre Villeneuve-sur-Yonne et Saint-Julien-du-Sault, Lars (12 ans) relâche dans les hautes herbes près de l'étang la quinzaine d'animaux récupérés de l'autre côté de la route. "Il y a seize crapauds mâles et une femelle. Je suis venu ce matin pour aider les amphibiens à passer. J'aime bien les grenouilles et les crapauds, du coup j'ai envie de les aider".

"En 2016, c'était le site de l'Yonne où il y avait le plus d'écrasement d'amphibiens" - Aymeric Joffroy, bénévole

Ces animaux ont vraiment besoin d'aide, l'an dernier, cette portion de route a été la plus meurtrière de l'Yonne pour les amphibiens, avec au moins 1.700 grenouilles, crapauds et autres tritons retrouvés écrasés. Clothilde, une des bénévoles, habite a quelques kilomètres de là: "je vis à Marsangy depuis plus de trente ans et j'ai seulement appris qu'il y avait ce passage (ndr: des amphibiens sur la route), il y a deux ans".

"Les mares et les zones humides sont de plus en plus détruites"

Si les crapauds communs ne sont pas une espèce "en voie de disparition", comme tous les amphibiens, il y en a de moins en moins, précise Clothilde: "les mares sont de plus en plus détruites ou elles sont carrément curées et ensuite trop mal adaptées pour les amphibiens. Il y a toutes les zones humides qui sont détruites un peu partout et évidemment, il y aussi tous les passages de routes infranchissables pour eux".

Une barrière-piège installée en bord de route permet de récupérer les amphibiens dans des seaux enterrés, afin de les aider à traverser - Radio France
Une barrière-piège installée en bord de route permet de récupérer les amphibiens dans des seaux enterrés, afin de les aider à traverser © Radio France - Renaud Candelier

C'est pourquoi l'association SOS amphibiens a posé 550 mètres de filets pour empêcher les petits animaux de passer. Ils tombent alors dans des seaux explique Aymeric Joffroy, un bénévole: "on est une dizaine de bénévoles à se relayer pour le ramassage le soir et le relevé des seaux tous les matins. Cela va durer deux mois pour la migration des amphibiens". Une barrière-piège qui ne couvre que 500 mètres sur 4 kilomètres à risque sur cette départementale où réduire la vitesse ne serait pas une solution selon Aymeric Joffroy "A 90 km/h, c'est clair et net, on ne voit pas les amphibiens sur la route. Et à 30 km/h, même si l'amphibien passe entre nos roues, il a de grandes chances d'être aspiré par la vitesse et donc d'être tapé dans les soubassements du véhicule et de mourir". La solution, prolonger cette barrière qui a déjà couté 1.400 euros. SOS amphibiens espère doubler sa longueur l'an prochain.

Dans l'Yonne plusieurs actions de sauvetage des amphibiens sont menées actuellement, à Malay-le-Grand où une barrière-piège est installée comme à Saint-Julien-du-Sault. A Marsangy, Bellechaume, Appoigny, Bennes et Chamoux se sont des bénévoles armés de seaux qui aident à la main les amphibiens à traverser les routes.

  - Aucun(e)
- creative commons / babsy