Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

11 Novembre : un clairon beauceron désormais au mémorial de l'Armistice de Compiègne

-
Par , France Bleu Orléans

L'un des symboles de l'Armistice est beauceron : le clairon d'Octave Delaluque, un Poilu originaire d'Intréville, dans la Beauce, qui sonna sur le front la fin du conflit mondial le 11 novembre 1918 à 11h. L'instrument est désormais exposé au Mémorial de Compiègne, dans l'Oise.

Le clairon d'Octave Delaluque a fait son entrée le 2 juin dernier au mémorial de l'Armistice de Compiègne
Le clairon d'Octave Delaluque a fait son entrée le 2 juin dernier au mémorial de l'Armistice de Compiègne - Dominique Valembois

Le 11 novembre 1918, à 11h, Octave Delaluque sonne l'armistice à Vrigne-Meuse, dans les Ardennes. Cet ouvrier agricole de 29 ans, originaire d'Intréville, un petit village de la Beauce, en Eure-et-Loir (près de Toury), avait emmené au front son propre clairon. Clairon qu'on peut voir, depuis l'été dernier, au mémorial de l'Armistice à Compiègne.

Un clairon authentifié en 2015...

"Pouvoir récupérer ce clairon était important pour nous, souligne Dominique Valembois, l'un des responsables du mémorial de l'Armistice. Des clairons qui ont sonné l'Armistice, il y en a eu beaucoup, dans tous les régiments, mais on a rarement la preuve de leur authenticité. Or c'est le cas avec ce clairon, on est sûr qu'il a bien sonné l'Armistice." Hasard de l'Histoire, Octave Delaluque appartenait au 415ème régiment d'infanterie - le même que celui d'Augustin Trébuchon, considéré comme le dernier soldat mort au combat lors de la 1ère guerre mondiale, le 11 novembre 1918, à 10h50...

Le clairon d'Octave Delalque est légèrement bosselé mais en bon état. - Aucun(e)
Le clairon d'Octave Delalque est légèrement bosselé mais en bon état. - Dominique Valembois

L'histoire d'Octave Delaluque est connue depuis longtemps, mais ce n'est qu'en 2015 que son clairon a été retrouvé et authentifié grâce aux efforts de passionnés d'histoire locale dans un autre village beauceron, Gommerville : il dormait dans un grenier, comme le raconte Jean-Pierre Bourret, adjoint à Intréville. "Après la guerre, Octave Delaluque avait prêté l'instrument au fils d'un voisin qui voulait apprendre à jouer de la musique. Et puis le clairon a dormi là, pendant des années... On l'a retrouvé bosselé, le pavillon un peu embouti, mais en bon état, il fonctionne toujours !"

... et qui a sonné l'Armistice en 1918 non sans mal !

Pour Jean-Pierre Bourret, que ce clairon soit désormais exposé au Mémorial de Compiègne est une forme d'accomplissement : "C'est un symbole fort, qui fait écho à tous ces gens qui ont été enrôlés dans cette boucherie que fut la première guerre mondiale... Et puis pour un petit village de 150 habitants comme le nôtre, c'est important de savoir que c'est un enfant du pays qui fut le premier, au front, à sonner la fin de la guerre. Il ne connaissait pas les notes de l'armistice, il a fallu que son capitaine les lui siffle auparavant ; l'embouchure du clairon était dans sa poche, encombrée de tabac, et il a dû la nettoyer en catastrophe ; il lui a fallu aussi sortir de la tranchée pour que les autres l'entendent, alors que ça tirait de partout... Il y a une émotion qui est passée et qui nous a été transmise à travers toute cette histoire."

En cette saison, le mémorial de l'Armistice est ouvert tous les jours sauf le mardi. A défaut de se rendre à Compiègne, on peut aussi découvrir à Intréville la stèle commémorative que la commune a fait ériger l'an passé en la mémoire d'Octave Delaluque, avec une sculpture qui reproduit son fameux clairon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu