Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

15 livres à lire en 8 semaines : en Indre-et-Loire, deux classes de seconde participent au Goncourt des lycéens

mardi 9 octobre 2018 à 6:02 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

C'est un sacré défi que sont en train de relever les élèves de deux classes de seconde d'Indre-et-Loire. Ils ont été sélectionnés pour participer au prestigieux Goncourt des lycéens. Ils doivent maintenant lire quinze ouvrages en seulement huit semaines !

Un espace dédié au Goncourt des lycéens a été créé au sein du CDI du lycée d'Amboise
Un espace dédié au Goncourt des lycéens a été créé au sein du CDI du lycée d'Amboise © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

Difficile à croire si vous êtes parents ou grands-parents d'ados, mais deux classes de seconde lisent frénétiquement en ce moment, ils ont en effet quinze ouvrages à lire en seulement huit semaines ! Ces deux classes sont les deux seules de la région Centre à participer au prestigieux prix du Goncourt des lycéens. Il s'agit de deux classes du lycée Grandmont à Tours et du lycée Léonard de Vinci à Amboise.  

Le 15 novembre, le nom du lauréat sera rendu public à Paris. Mais d'ici là, ce sont donc près de 1700 élèves de 56 classes de toute la France qui auront fait leur choix parmi les quinze auteurs sélectionnés. C'est d'ailleurs exactement la même sélection que pour le Goncourt classique. 

"Ca permet de construire des lecteurs pour demain" - Ariane Perrot, professeur de lettres à Amboise

"Le vrai défi c'est de faire venir les élèves à la lecture de façon plus spontanée et plaisante que ce qu'ils ont l'habitude de faire dans le cadre scolaire. Ils considèrent souvent les lectures étudiées en classe comme très ennuyeuses, car académiques, classiques. Là on est sur des thématiques plus contemporaines, donc plus proches d'eux" explique Ariane Perrot, professeur de lettres de la classe de seconde d'Amboise qui participe au prix. "Et surtout ce sont des lectures qui ne sont pas évaluées, qui ne sont pas notées, donc il y a beaucoup plus de spontanéité dans cet acte de lecture". 

Quentin le confirme d'ailleurs. "Je ne vois pas ça comme un devoir mais comme un privilège, le fait de pouvoir mettre en avant un auteur, son travail, je trouve ça bien". Il s'est donc lancé dans la lecture de l'un des livres de la sélection, il aimerait d'ailleurs en lire d'autres d'ici mi novembre. Pourtant, pour lui, comme pour beaucoup d'élèves de sa classe, ouvrir un livre n'est pas un geste naturel. Le soir, il a plutôt l'habitude de traîner sur les réseaux sociaux. 

Présenter le Goncourt comme un défi

Pour faire lire ces 15 livres en si peu de temps, la professeur documentaliste Caroline Guiet a présenté cela comme un défi. "On leur a dit que c'était un challenge sur un temps très court. Plus le temps est restreint d'ailleurs, plus la mobilisation est là, car c'est justement parce qu'ils n'ont pas le temps qu'ils vont s'investir dans quelque chose. Comme dans une course de voitures, il faut y aller à fond dès le départ".

L'idée des professeurs de cette classe, c'est que les élèves lisent au moins cinq livres d'ici les cinq semaines restantes. C'est quatre fois plus que ce qui leur est demandé en temps normal. 

Ce mardi 9 octobre, les 35 élèves de cette classe partent d'ailleurs à Paris pour rencontrer les 15 auteurs de la sélection. Le 12 novembre, l'un d'entre eux ira à Poitiers pour transmettre le "tiercé gagnant" de sa classe à un jury régional. Le lauréat sera connu trois jours plus tard.