Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

17e édition du Festival de photo de la Gacilly : invitation au voyage en Amérique Latine.. et dans le Morbihan

-
Par , France Bleu Armorique
La Gacilly, France

Malgré la crise sanitaire, la 17e édition du Festival de photo de La Gacilly se déroule sans accroche dans la jolie cité du Morbihan depuis mercredi dernier. Les visiteurs sont au rendez-vous. L'édition "Viva Latina" présente des expositions sur l'Amérique Latine ou encore la nature morbihannaise.

La Gacilly accueille cette année la 17e édition de son célèbre festival de photo
La Gacilly accueille cette année la 17e édition de son célèbre festival de photo © Radio France - François Rauzy

Dans le cadre sublime de La Gacilly, la 17e édition du festival de photographie a dû être reporté d'un mois, crise sanitaire oblige. Prévue pour accueillir 26 expositions, l'édition "Viva Latina!" en présente finalement 19, pour permettre un meilleur espacement des œuvres et donc pour faciliter la distanciation physique.

Si de nombreux festivals ont du annuler leur édition 2020, ce n'est pas le cas à La Gacilly. Il faut dire que la cadre facilite le respect des mesures barrière. Le président du festival Auguste Coudray : "Les conditions dans lesquelles nous exposons sont celles qui nous ont permis d'exposer cette année. [...] Le fait que l'on soit en extérieur, que l'on soit un festival qui accueille moins de 5000 personnes simultanément, et que l'on ait pu étaler dans tout le village 19 galeries cette année, nous permet de pouvoir respecter les conditions de distanciation physique."

Une invitation au voyage...

En cette période où les voyages à l'étranger sont compliqués voir interdits en raison de l'épidémie, Auguste Coudray souhaite que le Festival de photo de la Gacilly serve de substitut aux visiteurs : "Beaucoup de personnes devront rester chez elles cet été, tant pour des raisons financières que parce que l'on ne peut pas voyager à l'étranger. C'est une opportunité pour se dire que chez eux, à vingt minutes, à une demi-heure, il y a un espace qui vous permet de voyager ailleurs. C'est la raison d'être du festival : c'est de voyager à travers les photos, d'être en contact avec 1001 réalités que les nôtres, et peut-être de se rendre compte que là où l'on vit, ce n'est pas si mal."

Des photographies à La Gacilly de l'exposition "Gold" du photographe brésilien Sebastião Salgado
Des photographies à La Gacilly de l'exposition "Gold" du photographe brésilien Sebastião Salgado © Radio France - François Rauzy

... à travers l'Amérique Latine... et le Morbihan !

La majeure partie des expositions de cette 17e édition sont issues du travail de photographes sud-américains : Sebastião Salgado, Carolina Arantes, Martin Bernetti et de nombreux autres... On y découvre tantôt des portraits aux couleurs vivaces, tantôt des mineurs d'or brésiliens capturés en noir et blanc dans les années 80. 

L'exposition "Gold" de Sebastião Salgado
L'exposition "Gold" de Sebastião Salgado © Radio France - François Rauzy

Une autre exposition tranche quelque peu, c'est celle du morbihannais Emmanuel Berthier, qui à travers une trentaine de clichés nous fait découvrir cinq réserves naturelles de la région : les landes du Monteneuf, les étangs du Loc'h, l'île de Groix, les marais de Sené et le lac de Guerlédan.

Une échasse photographiée en gros plan par Emmanuel Berthier après de longues heures passées à se faire accepter dans l'habitat naturel de l'animal
Une échasse photographiée en gros plan par Emmanuel Berthier après de longues heures passées à se faire accepter dans l'habitat naturel de l'animal © Radio France - François Rauzy

Ici une falaise frappée par l'océan, là une échasse photographiée en gros plan. Un cliché qui représente une véritable prouesse, comme l'explique le commissaire de l'exposition Cyril Drouhet : "C'est un animal qui fait dix centimètres de haut. Pour un gros plan comme ça, même avec un téléobjectif il faut être à peu près à cinq mètres. A cette distance, l'échasse s'en va. Il a fallu qu'il s'habitue, il venait parfois à trois heures du matin, il restait tapi et il attendait que les animaux s'habituent à lui. Et là il y a une danse qui se fait autour de lui et il peut enfin photographier." Les 19 expositions sont accessibles gratuitement à La Gacilly jusqu'au 31 octobre 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess