Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Le Mémorial de Caen sort 30 objets inédits de ses réserves pour ses 30 ans

jeudi 31 mai 2018 à 20:28 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le mémorial de Caen a sorti 30 objets inédits de ses réserves pour célébrer ses 30 ans. Des objets qui racontent tous une petite histoire dans la grande histoire de la Bataille de Normandie, de juin à septembre 1944. L'exposition sera ouverte au public dimanche.

Le drapeau français qui a été brandi par la population du premier quartier de Caen libéré le 9 juillet 1944.
Le drapeau français qui a été brandi par la population du premier quartier de Caen libéré le 9 juillet 1944. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Caen, France

"30 objets inédits, 30 histoires exceptionnelles de la seconde Guerre Mondiale" : c'est le titre de l'exposition anniversaire du Mémorial qui va souffler ce 6 juin 2018 ses 30 bougies. L'exposition inaugurée ce samedi sera ouverte au public dimanche. 

Le jerrycan, arrivé avec les GI's, est devenu une denrée rare et précieuse, et a fait l'objet d'un véritable trafic.  - Radio France
Le jerrycan, arrivé avec les GI's, est devenu une denrée rare et précieuse, et a fait l'objet d'un véritable trafic. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

C'est une veste de tankiste allemand qui accueille le visiteur. Chaque objet vient ainsi raconter un moment de la bataille de Normandie. Certains semblent très banals comme la pelle d'un soldat américain ou un simple jerrycan, "sauf que ce simple bidon de plastique a été une invention américaine géniale, qui a fait l'objet d'un véritable trafic", explique Stéphane Grimaldi, le directeur général du Mémorial. 

Le fameux drapeau français de la libération de Caen

D'autres objets ont une valeur symbolique inestimable, comme le drapeau français qui a flotté le 9 juillet 1944 à Caen, jour de la libération d'une partie de la ville. "Il est resté très longtemps tellement bien rangé dans les réserves du mémorial qu'on l'avait presque oublié, rapporte le maire Joël Bruneau. La femme qui l'a brodé avait 23 ans à l'époque, elle faisait partie des équipes d'urgence et elle vient toujours chaque 6 juin aux commémorations place Monseigneur des Hameaux, là où il a flotté pour la première fois".

Joël Bruneau, maire de Caen, et Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial, devant le drapeau français qui a flotté sur Caen libéré. - Radio France
Joël Bruneau, maire de Caen, et Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial, devant le drapeau français qui a flotté sur Caen libéré. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

"L'objet n'a de valeur que s'il soutient le propos" ajoute Stéphane Grimaldi. Comment parler par exemple de la souffrance du combattant sans s'appuyer sur une photo ? Une caisse chirurgicale allemande dit tout. "Elle raconte la chirurgie au front, et ce n'est pas la peine d'avoir vécu une guerre pour imaginer ce que c'est que d'être amputé, ou d'être opéré à vif sur un champ de bataille avec ces instruments". 

La caisse chirurgicale allemande, parfaitement conservée, qui permettait d'opérer les soldats blessés en urgence. - Radio France
La caisse chirurgicale allemande, parfaitement conservée, qui permettait d'opérer les soldats blessés en urgence. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

La veste d'une enfant juive fusillée par les Allemands

Le mémorial abrite dans ses réserves un peu plus de 20 000 objets, sur lesquels l'historien Christophe Prime, veille. "Le choix n'a pas été simple, reconnait-il, mais finalement assez naturel. Il permet de faire sortir des objets qui dormaient parfois depuis 30 ans". L'exposition montre encore une robe de mariée cousue avec la soie d'une toile de parachute. Il y a aussi la veste d'une enfant juive, fusillée par les allemands en 1942, en Ukraine, après avoir été dénoncée par sa meilleure amie qui voulait la lui voler. Un objet qui témoigne à lui seul de l'holocauste. 

La veste d'une petite fille juive assassinée par les Allemands en 1942 en Ukraine, témoignage glaçant de l'holocauste. - Radio France
La veste d'une petite fille juive assassinée par les Allemands en 1942 en Ukraine, témoignage glaçant de l'holocauste. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Tous ces objets témoignent de ce qu'a été la guerre, son horreur, puis la renaissance, dans un lieu qui rajoute à la symbolique : la salle du Scriptorium de l'hôtel de Ville de Caen, où 3000 Caennais avaient trouvé refuge pendant les bombardements de 1944.

La salle où sont exposés les objets est en elle-même tout un symbole : c'est là que 3000 Caennais ont trouvé refuge pendant les bombardements. - Radio France
La salle où sont exposés les objets est en elle-même tout un symbole : c'est là que 3000 Caennais ont trouvé refuge pendant les bombardements. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

"30 objets inédits, 30 histoires exceptionnelles de la seconde Guerre Mondiale", à l'Abbaye-aux-Hommes, Hôtel de ville de Caen, du 3 juin au 22 septembre 2018. Entrée libre et gratuite. 

Découverte en avant-première de l'exposition