Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Quatre jours de fête dans les rues et dans les arènes pour la feria de l'Ascension à Alès

mercredi 9 mai 2018 à 22:03 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Alès renoue pour quatre jours ce mercredi avec sa feria de l'Ascension. Une tradition vieille d'une bonne trentaine d'années qui draine un peu plus de 200.000 personnes dans le centre-ville de la capitale des Cévennes. Son plus gros événement festif de l'année qui suscite 1,7 million d'euros.

Max Roustan, maire d'Alès donne de sa personne.
Max Roustan, maire d'Alès donne de sa personne. © Radio France - Ludovic Labastrou

Alès, France

C'est parti pour la feria de l'Ascension 2018 à Alès. Une feria familiale lancée ce mercredi soir par la traditionnelle pégoulade et déjà beaucoup de monde dans les rues de la capitale cévenole. Quatre jours de fête avec un programme varié autour de la culture du taureau. Une bonne affaire pour la ville. Aux alentours de 220.000 personnes sont attendues dans la capitale des Cévennes. Avec un panier moyen de 80 euros par personne, c'est probablement près de 2 millions d'euros qui passent d'une poche à l'autre. 

Une manne pour les bodegas associatives et les commerces de bouche en général

La feria de l'Ascension à Alès est un des temps forts, sans doute le plus important, des animations annuelles de la ville. Dans le centre-ville, se concentrent une vingtaine de bodegas associatives : paëlla, gardianne et sangria - toujours avec modération - qu'elles vendent à un public essentiellement familial.C'est bien souvent pour ces associations l'occasion de recueillir une grosse partie de leur budget pour financer leurs actions. Avec les années, le nombre de bodegas à Alès a été diminué de moitié. Les conditions de sécurité draconiennes n'y sont pas pour rien.

Une feria de l'ascension qui mélange tout le monde.

Des journées de 18 heures pour la quarantaine de policiers municipaux d'Alès

Sécurité oblige, le centre-ville d'Alès a été sanctuarisé : 50 plots de béton ont été installés, une vingtaine de séparations en béton dans les rues et aussi, 80 BAAVA, les barrières amovibles anti-véhicule assassin. 

La feria d'Alès est ouverte jusqu'à 1h du matin, 2h les vendredi et samedi. Si elle est familiale, une bonne partie de la soirée et de la nuit, la fermeture est parfois un peu plus tendue avec les festaïres, les fétards qui veulent continuer au-delà du raisonnable. Une quarantaine de policiers municipaux veillent.

C'est l'occasion de se lâcher un peu. Max Roustan, maire d'Alès.

Les bonnes vieilles recettes d'une feria qui fonctionne 

Au niveau programme, les incontournables pégoulade ce mercredi soir, le concours d'abrivade, la course de chevaux dans le Gardon ou les messes Provencale et Sevillane. Attention dans les jardins du bosquet car la cathédrale Saint-Jean est en travaux pour deux ans.  Une feria qui s'achève aussi du coté du Tempèras. 

Arènes toristes, on le sait, avec par exemple, samedi une double nouveauté:  un défi avec six toros issus d'élevages 100% français. Chef de lidia, le Nîmois, Marc Serrano qui sera parrain d'alternative de Mario Palacios Arévalo. La dernière fois qu'il y avait eu une alternative à Alès c'était le 27 mai 1995 pour le toréro Alèsien Gilles Raoux.

Une ouverture "douce manette" pour l'ascension Alèsienne. - Radio France
Une ouverture "douce manette" pour l'ascension Alèsienne. © Radio France - Ludovic Labastrou
Pas de feria sans bandas. - Radio France
Pas de feria sans bandas. © Radio France - Ludovic Labastrou