Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

52 ans après, il veut vivre dans l'Abbaye de Clairmont

-
Par , France Bleu Mayenne

Christophe Marrant assure tous les jours la permanence dans l'abbaye de Clairmont près du Genest-Saint-Isle depuis 2013. Cet amoureux fou de l'ancienne abbaye cistercienne souhaite désormais s'y installer. Une opération complexe car le site est privé.

Christophe Marrant le guide de l'abbaye de Clairmont
Christophe Marrant le guide de l'abbaye de Clairmont © Radio France - Martin Cotta

Le Genest-Saint-Isle, France

Écouter Christophe Marrant, c'est écouter une partie de l'histoire de la Mayenne et surtout l'histoire intégrale de l'abbaye de Clairmont. À 68 ans, ce passionné de religion et de patrimoine fait visiter, tous les jours et à qui le veut, l'abbaye de Clairmont fondée en 1150 près du Genest-Saint-Isle. Tous les jours, qu'il vente ou qu'il pleuve, qu'importe la saison, et même à Noël. 

Cet investissement total est bien le reflet d'une histoire d'amour entre le site et son guide. Une histoire qui commence en février 1967. Christophe Marrant est alors âgé de 15 ans et habite Tourcoing dans le Nord. "Mes parents venaient de regarder l'émission Chefs-d’œuvre en péril animé par Pierre de Lagarde. Un samedi de février, en rentrant du collège ma mère me dit : on vient de voir une émission extraordinaire de deux dames qui restaurent une abbaye en Mayenne avec des jeunes. Ce n'est pas loin du Maine-et-Loire où nous serons en vacances cet été, cela devrait t'intéresser ... ton père va leur écrire". Christophe Marrant est alors loin d'imaginer que ce jour va changer sa vie. 

Christophe Marrant, 52 ans d'amour avec l'abbaye de Clairmont

Il devient guide deux jours après son arrivée

Le môme débarque en Mayenne et découvre l'abbaye le 31 juillet 1967, accueilli par les deux dames qui gèrent le site : mesdemoiselles Denis et Blanchot, vierges consacrées et sculptrices-céramistes. Deux jours après son arrivée d'ailleurs, Christophe Marrant assure déjà quelques visites, alors qu'il ne connaît pas encore sur le bout des doigts l'histoire du site. "Ce jour-là les demoiselles reçoivent à l'improviste des amis à elles, sauf qu'arrivent en même temps des visiteurs. Or mademoiselle Denis, la plus âgée des deux, accompagnaient systématiquement tous les visiteurs. Elle vient donc me trouver en me demandant si je peux faire la visite à sa place ? Je lui réponds donc que cela fait deux jours que je suis dans l'abbaye, j'en ai même jamais fais le tour, qu'est-ce que vous attendez-moi ? Elle me dit qu'elle va me prêter une brochure et que je n'aurais qu'à la lire aux visiteurs. Elle cherche et madame Denis finit par tomber sur une brochure en anglais, bourrée de fautes, déglinguée. Et avec un humour que j'allais lui découvrir et qui me plaisait elle me répond : c'est providentiel puisque vous revenez d'un séjour de quinze jours en Angleterre, suite à un concours d'anglais que vous venez de remporter avec la ville de Tourcoing, vous allez pouvoir traduire !"

"Vous allez pouvoir traduire !"

Juridiquement compliqué

Ainsi, Christophe Marrant, reviendra tous les ans jusqu'en 1979, année du décès de mademoiselle Denis. Retraité de l'éducation nationale en 2013, le guide quitte le Nord et s'installe définitivement en Mayenne, dans un appartement au Genest-Saint-Isle à quelques kilomètres de l'abbaye. Entre temps, la deuxième vierge consacrée, mademoiselle Blanchot décède, et la succession de l'abbaye est longue, les complications juridiques s'enchaînent avant que le site ne soit légué à la Fondation des Monastères. 

Aujourd'hui Christophe Marrant souhaite vivre dans l'abbaye de Clairmont. Pour cela, une condition : la restauration d'une partie de l'abbaye, détruite dans un incendie en 2003. Christophe Marrant attend donc l'arrivée de fonds privés pour financer cet important chantier. Ce serait une forme de consécration pour ce "gardien du temple" et un beau clin d’œil de l'histoire car Madame Blanchot, sur son lit de mort lui avait déclaré : "Je te confie l'abbaye".

Choix de la station

France Bleu