Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

60 ans après la mort d'Albert Camus, retour dans ses quartiers à Saint-Germain-des-Prés

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Cela fait 60 ans aujourd'hui que le prix Nobel de littérature est décédé. Né dans la chaleur des villes algériennes, Albert Camus n'a jamais vraiment adopté Paris... L'écrivain y a pourtant vécu une partie de sa vie, surtout à Montmartre et Saint-Germain-des-Prés.

Albert Camus en 1957.
Albert Camus en 1957. © AFP - STF / AFP

Hôtel Madison, chambre 65 : c'est là, à partir du printemps 1940 qu'Albert Camus a achevé son roman l'Étranger, publié en 1942. À l'époque, l'hôtel était loin d'être luxueux, une chambre coûtait environ 300 francs la nuit, dans un quartier rempli d'éditeurs. Aujourd'hui, c'est plutôt 300 euros la nuit dans cet hôtel 4 étoiles. 

La chambre 65 n'a rien de particulier, aucune plaque n'y est apposée. Elle a pourtant accueilli l'un des plus grands écrivains et intellectuels français. Assez sobre, elle se distingue en revanche par sa vue : un petit balcon donne sur l'église de Saint-Germain. "Peut-être qu'il avait son petit bureau ici" imagine un des employés.

Comme un étranger à Paris

En tout cas, Albert Camus avait ses habitudes dans le quartier. Il se rendait juste en face au café de Flore ou à côté à la brasserie Lipp, où il retrouvait son ami Jean Paul Sartre. Mais aujourd'hui, les souvenirs littéraires sont un peu lointains pour les Parisiens qui sortent de la brasserie. "Ça te rappelle l'université ?" s'amuse Jacques avec sa femme, tous deux octogénaires. 

La littérature qu'il laisse quand même, de très belles références, c'est un grand homme. - un retraité parisien

"La Peste, bien sûr", cite tout de suite un autre client, "c'est ce qu'on étudie au collège" se rappelle-t-il. Quant à Catherine, une habituée de la brasserie aujourd'hui âgée de 93 ans, elle regrette un peu de ne pas être entrée dans la brasserie à l'époque où l'écrivain s'y rendait : "Dans les années 50-60, je n'osais pas mettre les pieds ici, c'était squatté par tous les existentialistes... Dommage" lance-t-elle en rigolant.

Camus arrive à Paris au début de l'année 1940, d'abord dans un petit hôtel miteux de Montmartre. L'air de la butte convient à l'écrivain, atteint de tuberculose. Mais l'Algérie lui manque et il se sentira toujours comme un étranger à Paris. Une ville qu'il n'aime pas, qu'il trouve dure. Dans un de ses brouillons, il écrit d'ailleurs : "Savoir rester seul à Paris un an dans une chambre pauvre apprend plus à l’homme que cent salons littéraires".  

A cette période, il travaille aussi comme journaliste au quotidien Paris-Soir, situé rue Réaumur, près des Halles. Cela lui permet de gagner un peu d'argent et de s'installer à l'hôtel Madison. Il travaille ensuite pour un des journaux de la Résistance, Combat. Sauf qu'en juin 1940, les Allemands entrent dans Paris et Camus est contraint de fuir en zone libre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess